Un commando féministe s’est attaqué à des panneaux publicitaires

Dans la nuit de dimanche à lundi, une vingtaine de femmes s’est attaquée à des panneaux publicitaires à proximité de l’ULB, avenue Louise et à Saint-Gilles. Elles ont retiré les affiches pour y apposer des slogans en vu de la journée des droits de la femme de ce vendredi.

Il s’agit d’une action de désobéissance civile afin de donner de la visibilité à la grève des femmes du 8 mars. “Nous avons choisi des lieux qui étaient très fréquentés, explique Camille (prénom d’emprunt). En même temps, nous voulons dénoncer le sexisme dans la publicité. Nous ne voulons plus de cette ambiance sexiste qui objective le corps de la femme; En plus, nous considérons que la publicité est une pollution visuelle importante.”

A la place des affiches, les jeunes femmes en ont mis d’autres avec comme slogan: “plus de care, moins de précaires”, “c’est pas tes roses que je veux, c’est la fin du patriarcat”.  En st’attquant aux publicités, elles veulent aussi dénoncer la marchandisation de la journée des droits des femmes devenue très souvent “la journée de la femme” ce qui permet de faire de la publicité pour des fleurs ou encore de la lingerie.

Le 8 mars 2019, les militantes féministes souhaitent remettre la lutte pour les droits des femmes au cœur des débats. La mobilisation pour la grève des femmes s’est construite autour du slogan “quand les femmes s’arrêtent, le monde s’arrête”. Toutes les femmes sont donc appelées à s’arrêter de travailler mais aussi de consommer, de prendre soin des autres et d’étudier.

Un rassemblement aura lieu toute la journée au carrefour de l’Europe à Bruxelles mais aussi dans les différents points de mobilisation en Belgique. A 17h, une marche pour les droits des femmes partira de la gare centrale.

Vanessa Lhuillier-Photo: Facebook

Partager l'article

04 mars 2019 - 16h43