Climat : les dirigeants européens ont été accueillis au son des casseroles par des militants au rond point Schuman

Une trentaine de manifestants ont fait résonner casseroles, cloches et sirènes dimanche en fin d’après-midi à Bruxelles, afin de “mettre la pression sur les dirigeants européens pour qu’ils s’engagent sur des objectifs clairs de réduction des gaz à effet de serre“. Le changement climatique n’est pas à l’ordre du jour du sommet européen qui vient de débuter, mais les activistes sont indignés que les chefs d’Etat et de gouvernement se soient quittés le 21 juin sans accord sur la neutralité carbone en 2050.

Ils ne sont pas parvenus à un accord pour atteindre la neutralité dans les émissions de CO2 d’ici à 2050. Ils pourraient se dire pour une raison ou une autre que cela ne nous intéresse plus. Alors on veut leur rappeler qu’on les regarde“, a expliqué à Belga Andy Battentier, co-organisateur des marches pour le climat à Paris. “Il faut un changement radical dans le système et un changement radical dans la manière dont nous consommons et produisons. Il faut investir dans cette transition.” “Le gouvernement doit nous protéger mais il ne le fait pas”, a ajouté un porte-parole d’Extinction Rebellion.

A chaque fois qu’une colonne de voitures blindées approchait du rond-point Schuman, les manifestants ont fait un maximum de bruit. L’action était organisée par une dizaine d’organisations, dont plusieurs groupes locaux d’Extinction Rebellion, Students for Climate, Workers for Future, Rise for Climate Belgium et Le Biais Vert. Celles-ci demandent aux dirigeants européens de déclarer l’urgence climatique et de dégager 1.000 milliards par an via la banque centrale européenne pour financer la transition écologique.

Belga

Partager l'article

30 juin 2019 - 19h04