Céline Fremault répond aux critiques d’Ecolo et Groen : “Mon contrat est rempli”

La ministre bruxelloise de l’Environnement Céline Fremault (cdH) a peu apprécié les critiques formulées par les Verts à l’encontre du travail fourni depuis 2014 par la gouvernement bruxellois. Elle a répliqué, mercredi après-midi, à celles qui concernent l’exercice de ses propres compétences en soulignant qu’à un an de la fin de la législature, sa part du contrat était “quasiment remplie à 100% et même au-delà”.

En ce qui concerne le fait que seul 0,3% du parc automobile belge est actuellement interdit de circuler dans la ville, devenue zone de basse émission en janvier dernier, et que les infractions ne seront punies qu’à partir d’octobre, la ministre Fremault a tenu à rappeler que la Low Emission Zone (LEZ) était régionale et permanente.

Lire aussi : “Trop peu de promesses tenues par le gouvernement bruxellois”, dénoncent Ecolo et Groen

“Ces deux caractéristiques vont bien au-delà de ce qui était prévu dans l’accord de gouvernement et au-delà des ambitions du parti Ecolo sous les deux anciennes législatures. La LEZ est plus ambitieuse, plus efficace et plus utile que les zones de basses émissions locales telles que mentionnées dans le Plan Air Climat Energie adoptée en première lecture sous l’impulsion de la précédente ministre de l’Environnement bruxelloise, Ecolo. Ces zones n’auraient eu pour seul effet que de reporter la pollution à d’autres endroits de la Région”, a souligné Céline Fremault.

A propos de la “large atténuation de la création d’espaces verts, par la suppression de 20.000 arbres”, la ministre de l’Environnement a souligné que trois nouveaux parcs avaient été aménagés au cours de cette législature et que de nombreux autres projets sont à l’étude. Selon Céline Fremault, entre 2014 et 2017, Bruxelles Environnement a abattu 29.961 arbres et 46.133 arbres ont été replantés.

Lire aussi : Le Plan Régional de Développement Durable a été présenté aux députés, l’opposition reste sur sa faim

La promesse de création de 6.500 nouveaux logements publics est quant à elle liée à “l’imagination sur papier” de l’ex-secrétaire d’État écologiste au Logement Christos Doulkeridis “quelques semaines avant la fin de la législature précédente sans s’assurer que les opérateurs étaient en ordre de marche pour assumer ce nouvel objectif alors même qu’ils peinaient encore à concrétiser le Plan Régional Logement lancé par Françoise Dupuis dix ans plus tôt”.

Les logements mentionnés sont à présent presque tous identifiés grâce à la mise en place d’approches innovantes pour accroitre le parc immobilier public, a insisté Céline Fremault.

Avec Belga – Photo : BX1

Partager l'article

18 juillet 2018 - 17h15