Carrefour : après la CNE, la CGSLB approuve à son tour le protocole accord

Les délégués de la CGSLB ont approuvé jeudi le protocole d’accord sur la restructuration du groupe de supermarchés Carrefour, précise le sydicat libéral dans un communiqué. Il rejoint ainsi la CNE, qui avait approuvé le texte mercredi. Le Setca n’a, lui, pas (encore) donné son approbation, bloquant sur trois points pour lesquels butent sur trois points, pour lesquels la formation socialiste attend une réaction de l’entreprise.

La direction de Carrefour avait annoncé une restructuration en janvier dernier, menaçant 1.233 emplois en Belgique. Syndicats et direction ont finalement abouti à un compromis lundi. Leur accord intègre une mesure de mise à la prépension à partir de 56 ans. Mais il faut encore l’aval du SPF Emploi.

Pour la CGSLB, les principes du plan négocié peuvent être approuvés. Le syndicat espère qu’il pourra apporter de la sécurité pour ceux qui quittent l’entreprise ou restent. L’organisation libérale souligne qu’il y a encore beaucoup de travail pour appliquer cet accord en pratique. “La CGSLB compte sur toutes les parties -internes et externes – pour qu’elles fassent preuve de bon sens et d’humanité”, espère-t-elle.

“Les salariés peuvent choisir en toute conscience”

Mercredi, les affiliés de la CNE avaient déjà approuvé “à une large majorité” le projet d’accord. “Dans un premier temps, il était question de licenciements secs. Grâce aux mesures négociées, comme le régime de chômage avec complément d’entreprise (RCC, le successeur de la prépension, ndlr), les départs volontaires et la stimulation du crédit-temps, les salariés peuvent choisir en toute conscience d’opter pour telle ou telle mesure”, se félicitait le syndicat chrétien. Les travailleurs qui choisissent le RCC sont conscients qu’ils devront rester disponibles sur le marché du travail mais Carrefour compensera aussi une partie de la perte qu’ils auront sur leurs revenus en privilégiant cette voie, poursuivait la CNE.

Les syndicats chercheront avec la direction les meilleurs partenaires pour le reclassement professionnel (outplacement) et pour organiser les cellules à l’emploi afin d’augmenter les chances des personnes concernées sur le marché du travail, disait encore mercredi le syndicat chrétien. Ce dernier ajoutait rester sceptique sur le plan commercial établi par Carrefour. La CNE prévenait enfin qu’elle resterait attentive quant aux conséquences des pertes d’emplois dans les services administratifs et de soutien au siège social d’Evere.

Avec Belga – Photo : Belga/Laurie Dieffembacq

Partager l'article

14 juin 2018 - 15h03