Budget belge recalé : une “fake news” pour Charles Michel

Le Premier ministre Charles Michel a affirmé jeudi que la Commission européenne n’avait pas de problèmes avec la Belgique, évoquant une “fake news”. Le chef du gouvernement fédéral réagissait après l’annonce dans la presse de l’envoi d’une lettre par l’exécutif de l’UE aux autorités belges à propos de leur projet de budget 2019.

“J’ai eu un entretien hier avec M. Juncker (le président de la Commission, ndlr) sur le sujet. Il m’a dit littéralement: dites à votre presse nationale qu’il n’y a pas de problèmes avec la Belgique”, a-t-il déclaré au deuxième jour d’un sommet européen à Bruxelles.

D’après le quotidien De Tijd, le gouvernement fédéral recevra prochainement une lettre de la Commission lui expliquant pourquoi son budget 2019 est recalé en l’état. “Une interprétation bizarre” faite par le journal, aux yeux de Charles Michel.

“Ce n’est rien de plus qu’un échange classique de lettres entre la Commission et un État membre sur la stratégie de réformes et sur notre situation budgétaire. Bien entendu, nous devons encore faire des progrès mais nous avons déjà fait beaucoup d’efforts”, a-t-il pointé, avant de détailler une série de mesures prises par son exécutif au cours des dernières années.

“Il y a un espace pour le dialogue au niveau européen afin de tenir compte de toutes les circonstances et notamment du fait que la Belgique est un État qui mène des réformes structurelles fondamentales, et ce avec des résultats”, a lancé le Premier ministre.

“L’échec est total”, juge le chef de groupe PS à la Chambre Ahmed Laaouej

Tant que son budget n’est pas en équilibre, l’État belge est toutefois en théorie tenu d’assainir celui-ci de 0,6% chaque année. Or, la Belgique est à 0,4% sur deux ans. Le gouvernement Michel invoque la réforme des pensions, le tax shift ou encore la réforme de l’impôt des sociétés pour demander de la clémence à la Commission.

La Belgique a par ailleurs revu ses ambitions budgétaires à la baisse. En avril, le pays annonçait terminer 2018 sur un déficit structurel de 0,8% du PIB, et clôturer 2019 à 0,61%. Il est à présent question de 0,94% et 0,77%.

Outre la Belgique, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la France vont recevoir une missive de la Commission sur leurs plans budgétaires. “La Belgique est un pays qui a mené de nombreuses réformes fondamentales”, a martelé M. Michel, estimant que sa situation “n’avait rien à voir” avec celle de l’Italie.

Belga

 

Partager l'article

18 octobre 2018 - 11h28