Bernard Clerfayt demande la démission de l’élu CDH Yusuf Yildiz pour incitation à la violence

Tête de liste en vue des élections régionales du 26 mai et bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt (DéFI) était l’invité de Stéphanie Meyer dans l’Interview ce jeudi. 

L’école n°1 de Schaerbeek reste fermée cette semaine, une décision prise par le bourgmestre Bernard Clerfayt après les manifestations, parfois violentes, de parents d’élèves devant l’établissement après les suspicions de viol sur une fillette de quatre ans. Pour rappel, selon le parquet de Bruxelles, c’est une infection qui est à l’origine des saignements de l’enfant. Une version que ne croient pas les parents.

► A lire: Ecole 1 de Schaerbeek : deux personnes arrêtées suite aux débordements devant l’établissement

J’ai décidé de fermer l’établissement car il y avait tellement de violence qui était exprimée à l’encontre de l’école. Il y a eu des jets de pierres, des insultes à l’égard du personnel. Mais aussi une pression physique d’une foule d’une centaine de personnes, c’était difficile pour l’école de fonctionner en toute sécurité pour les enfants. »

Quant au personnel de l’établissement, Bernard Clerfauyt affirme qu’il était sous le choc. « Le personnel est très choqué. Toute l’école accueille une population fragilisée, c’est un quartier difficile de Schaerbeek, qui accueille beaucoup de migration récente, beaucoup de précarité. L’équipe fait un travail remarquable au bénéfice des enfants.”

Lundi prochain, l’école va rouvrir ses portes. Que va-t-il se passer? Que vont-ils expliquer aux enfants? « Nous n’arrêtons pas d’expliquer ce qui s’est passé“. Les conclusions de l’enquête ont fait valoir que la petite fille avait besoin de soin. “La famille, dans un premier temps, n’a pas accepté cette version, ce qui a amené aux incidents de mardi. Mais nous sommes en contact avec la famille et leur avocat, pour leur permettre de bien prendre conscience de ce qu’il s’est passé et les soins qu’il faut à leur enfant. Je les rencontre demain. J’espère que nous pourrons, ensemble, lancer un appel au calme. »

Dans un communiqué virulent, le bourgmestre de Schaerbeek a accusé mercredi des élus communaux, principalement Yusuf Yildiz, d’avoir attisé la colère des habitants et parents d’élèves de l’école, via des messages, en turc, relayés sur les réseaux sociaux. Bernard Clerfayt annonçait du même coup le dépôt d’une plainte pour “appels à la violence”, et ajoutait réclamer du CDH qu’il soit exclu du parti et de ses liste électorales (pour les régionales).

Je demande clairement sa démisison car son comportement est inacceptable. Je pense que son parti, le CDH, devrait le recadrer mais aussi tout faire pour qu’il ne soit pas candidat sur une liste régionale“.

Revoir l’interview dans son intégralité

Partager l'article

02 mai 2019 - 14h00