Après les excuses et le dédommagement du glacier, Katherine et son chien d’assistance rentrent chez Häagen-Dazs

Le glacier Häagen-Dazs a reconnu avoir commis une erreur en interdisant à une Bruxelloise en chaise roulante d’entrer dans l’un de ses salons avec son chien d’assistance. Ce mardi, Katherine est rentré, avec son chien dans le magasin. 

Assigné en référé, “Häagen-Dazs a admis son manquement et a offert un dédommagement à Katherine”, se réjouissent cette dernière, son avocate et la députée Carla Dejonghe mardi dans un communiqué.

Katherine Sokal, une Jettoise de 25 ans à mobilité réduite, avait raconté cet été sur les réseaux sociaux s’être vu refuser l’entrée du glacier Häagen-Dazs dans le quartier Louise parce qu’elle était accompagnée de Ned, son chien d’assistance. Son témoignage avait été partagé plus de 33.000 fois.

Depuis, la jeune dame a mené une campagne de sensibilisation dans les commerces de la capitale avec l’aide de la députée bruxelloise Carla Dejonghe (Open Vld), elle-même investie comme famille d’accueil pour chiens d’assistance en formation. Toutes deux ont distribué des autocollants “Bienvenue aux chiens d’assistance” et rappelé que la loi permet à tous les chiens d’assistance d’accéder aux lieux ouverts au public. Assignée devant le juge des référés, la chaîne Häagen-Dazs a quant à elle fait son mea culpa. Sur son site internet, l’enseigne assure que ses boutiques belges afficheront dorénavant l’autocollant en question et autoriseront les chiens d’assistance. “Nous veillerons à ce que tous les employés Häagen-Dazs en Europe comprennent et se conforment à cette politique”, précise-t-elle. Katherine Sokal versera le dédommagement qu’elle a reçu à l’ASBL Dyadis, qui a formé son chien Ned et financé l’impression des autocollants. “Ma cliente est très satisfaite. La boucle est bouclée. La firme qui, au départ, a refusé un chien d’assistance contribue maintenant à faire connaître l’accessibilité pour ces animaux. Un beau geste!”, relève son avocat Me Marijn Van Nooten.

D’après une question parlementaire posée par Carla Dejonghe, sous cette législature, cinq plaintes ont été déposées contre des établissements qui refusaient l’accès aux chiens d’assistance. Mais beaucoup de personnes handicapées ne portent pas plainte, estime la députée.

Refuser un chien d’assistance dans un commerce, c’est illégal !

Avec Belga/Images et Interview : Nicolas Franchomme

Partager l'article

31 octobre 2018 - 15h32