Après 15 ans d’opposition, le MR bruxellois prêt à apporter du sang neuf

Après 15 années passées dans l’opposition, le MR bruxellois est prêt à apporter “un peu de sang neuf dans différentes politiques régionales“, a indiqué mercredi son chef de file Didier Reynders.

Conscient que la thématique climatique sera l’un des enjeux des élections, les têtes de liste régionales et fédérales l’ont abordée de façon transversale lors d’une visite en tram dans le sud-est de la Région.

La mobilité est au coeur des préoccupations des Bruxellois et des navetteurs. Face à la congestion automobile, les propositions affluent, allant de l’encouragement aux modes de transport alternatifs au découragement de l’usage de l’automobile par la fiscalité. Pour le MR, il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. “La voiture doit progressivement reculer mais notre logique est d’offrir d’abord des modes de transport alternatifs avant de vouloir s’en prendre purement et simplement aux véhicules automobiles“, a indiqué M. Reynders.

Il a ajouté qu’une décision avait été prise avec Beliris, sous sa tutelle, et la Région bruxelloise, pour l’extension du métro nord. “Il faut savoir si toutes les formations politique bruxelloises sont décidées à soutenir ce projet“, a-t-il insisté alors que les écologistes ont fait connaître leurs exigences et qu’à Schaerbeek, on a réaménagé les plans initiaux. Enfin, un prolongement vers le sud est à l’étude, pas nécessairement en souterrain.

La thématique climatique on la retrouve également dans le volet emploi des réformateurs. Le gouvernement fédéral a permis la création de plus de 200.000 emplois mais à Bruxelles, les réformateurs constatent que le chômage reste plus élevé qu’ailleurs. Ils y voient un problème de formation. “La capacité de miser sur le développement économique durable et la création de postes de travail est la meilleure façon de lutter contre le changement climatique et d’améliorer la situation de l’emploi et du pouvoir d’achat“, a estimé Didier Reynders. Selon lui, la Région doit accentuer son offre sur l’évolution numérique et l’économie circulaire afin de développer des emplois dans le développement durable, les technologies vertes en matière d’énergie, d’assainissement des eaux et de déchets.

Belga

 

Partager l'article

20 février 2019 - 13h43