Allocations familiales: l’opposition se félicite globalement de l’accord

Après la présentation de l’accord sur la réforme des allocations familiales mercredi, Ecolo-Groen et le MR expliquent se retrouver dans le modèle proposé, mais attendre des garanties sur la viabilité financière. La Ligue des familles reconnaît des points très positifs, mais attire déjà l’attention sur six éléments critiques.

“Le basculement complet vers le nouveau modèle et le standstill (compensation pour les ménages qui perdront avec la réforme), c’est l’option qu’Ecolo et Groen avaient portée il y a plus d’un an déjà. A l’époque le collège réuni nous opposait son infaisabilité. Nous nous réjouissons donc de cette volte-face de la majorité. Reste à connaître la budgétisation pluriannuelle. En 2025, la Cocom recevra moins. Jusqu’à quelle échéance, la Région pourra-t-elle venir au secours de la Cocom ? Ecolo et Groen ont demandé à plusieurs reprises aux ministres compétents de recevoir les projections budgétaires. En vain. Nous demandons à être rassurés sur la soutenabilité financière du modèle retenu”, explique le député Alain Maron (Ecolo).

Même son de cloche du côté libéral où on explique être satisfait d’apprendre que l’ensemble des familles basculeront dans le même système. “C’est un dossier dans lequel, avec la députée Viviane Teitelbaum qui s’est fort investie dans le dossier, on voit aboutir dans les grandes lignes le modèle que nous prônions. Nous voulions que toutes les familles basculent en même temps dans le même système, qu’il y ait un montant de base similaire pour tous les enfants et qu’il y ait l’un ou l’autre supplément pour certaines catégories. Nous nous retrouvons globalement dans le modèle proposé. Après, nous ne disposons pour l’instant que des informations vues dans la presse. On doit aussi espérer qu’ils aient prévu un modèle viable financièrement”, indique le chef du groupe parlementaire MR Vincent De Wolf.

La Ligue des familles épingle six éléments critiques

“La Ligue des familles salue l’accord intervenu hier soir sur le futur modèle d’allocations familiales à Bruxelles. Il était urgent d’aboutir pour que ce modèle soit opérationnel au 1er janvier 2020. La Ligue des familles reconnaît des points très positifs aux choix bruxellois mais attire déjà l’attention sur 6 éléments critiques”, indique l’association.

Ces six points négatifs sont:

  1. Les familles bruxelloises les plus pauvres (moins de 31 000€/an) avec un enfant percevront moins que les familles wallonnes (190€ contre 210€/mois). Or, à Bruxelles, 43,6% des familles comptent un seul enfant.
  2. Les familles monoparentales les plus pauvres (moins de 31 000€/an) avec 1 enfant ne recevront aucun supplément spécifique (contrairement à la Wallonie).
  3. Les familles monoparentales aux revenus moyens (31 à 45 000€/an) ne recevront aucun supplément spécifique non plus, quel que soit le nombre d’enfants, contrairement à la Wallonie.
  4. Le maintien d’une politique nataliste : plus la famille a d’enfants, plus le supplément social par enfant est élevé.
  5. A l’inverse, la prime de naissance est divisée par deux à partir du 2e enfant (elle sera de 500€ contre 957€ actuellement) : incohérent et pénalisant pour les familles.
  6. L’allocation d’orphelin est revue à la baisse (225 à 300€ selon les situations contre 360,83 aujourd’hui).

J. N.

Partager l'article

29 mars 2018 - 11h39