Plus de 2.500 personnes ont manifesté pour une “meilleure justice migratoire”

Environ 2.500 personnes selon le responsable de la police sur place et 4.500 personnes selon les organisateurs ont manifesté mercredi entre 17H30 et 19h30 du carrefour Arts-Loi au rond-point Schuman pour appeler à une justice migratoire aux pieds des institutions européennes à Bruxelles.

La police avait bloqué la circulation sur la rue de la Loi pour laisser le cortège cheminer sur la route. De nombreux manifestants portaient des couvertures de survie. Une liste de 100 mètres de long reprenant les noms des migrants qui ont péri en mer Méditerranée était transportée par la foule.

Plus de 33.000 migrants sont morts en tentant la traversée depuis 2000, selon le dernier rapport de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) publié en novembre. “Je suis là parce que j’ai voyagé à travers le monde et j’ai vu comment les gens nous accueillent partout et je vois comment on les traite comme des chiens ici”, confie Quentin (31 ans), un manifestant. “Je ne suis pas fier d’être Européen quand je vois comment on accueille ceux qui essaient simplement de sauver leur peau”.

A l’arrivée devant les institutions européennes, la foule a réalisé un “die-in”. L’ensemble des manifestants s’est couché au sol en hommage aux personnes disparues en mer en tentant d’atteindre l’Europe. Ils se sont relevés en chantant “Salut à toi” et ont scandé “Refugees Welcome”.

Des discours ont été tenus pour appeler l’Union européenne à changer de cap dans sa politique migratoire. “Comment cela se fait que l’Europe qui a toujours défendu des valeurs d’humanité s’est transformée à ses frontières pour en faire les plus meurtrières du monde ? “, a clamé Carine Thibaut, directrice de campagne du CNCD-11.11.11. “Nous voulons une Europe hospitalière qui offre des voies sûres et légales de migration. L’Europe ne peut pas croire qu’en continuant à signer des accords avec la Turquie et la Libye qui financent des milices pour contenir les migrants, elle y parviendra. (…) Ce qui se passe, c’est toujours plus de morts à nos frontières. Nous voulons que les gens puissent venir sans faire appel aux passeurs”.

Les associations participantes relèvent que l’Union européenne concentre 22,1 % des richesses mondiales, mais n’accueille que 6% des réfugiés dans le monde, la majorité étant supportée par les pays en développement. Elles estiment que sa politique favorisent la mort de nombreux migrants en mer mais aussi des violations graves de droits humains, comme par exemple la vente de migrants comme esclaves en Libye.

La mobilisation portée par le slogan #InMyName était soutenue par une coalition d’associations et de syndicats, parmi lesquels le CNCD-11.11.11, Amitié Sans Frontières, Bruxelles Laïque, BXL Refugees, la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, la CSC, Coordination et Initiatives pour Réfugiés ou encore Médecins du monde, SOS Faim et Oxfam.

Duplex de Michel Geyer

Partager l'article

13 décembre 2017 - 19h35