Linkebeek: le vote de la motion contre les visites domiciliaires a nui à l’unité francophone

Contrairement à ce qui a été annoncé, il n’y a pas eu de vote de rejet de la motion d’opposition au projet de loi fédéral relatif aux visites domiciliaires, lors de la séance du conseil communal de Linkebeek lundi soir, a indiqué mardi le président du conseil Damien Thiéry.

Celui-ci a toutefois confirmé que les élus francophones avaient voté en ordre dispersé. Les cinq élus francophones proches d’Yves Ghequiere se sont entendus avec les néerlandophones de ProLink pour arriver à leur fin, une démarche qui nuit à l’unité des francophones, selon l’ex-bourgmestre non nommé.

Les francophones de cette commune à facilités ont voté de manière divergente, alors que Damien Thiéry et Yves Ghequiere ont annoncé fin mai qu’ils figureront sur des listes différentes lors du scrutin communal de l’automne prochain. Les six élus du groupe d’Yves Ghequiere ont été rejoints dans le vote en faveur de la motion par les deux conseillers de la liste flamande ProLink.

“Le groupe dissident se rapproche donc de la liste néerlandophone et fait fi de l’unité francophone quand bon lui semble”, a commenté Damien Thiéry à ce propos. Les quatre membres du conseil fidèles à Damien Thiéry, absent, se sont abstenus, selon celui-ci, car ils regrettaient l’“absence de débat contradictoire” sur une motion à caractère “politique qui émanait du PS et qui avait été amendée par le cdH”.

Damien Thiéry a enfin déploré la demande de l’actuelle bourgmestre Valérie Geeurickx, de ne pas faire consigner dans le procès-verbal de la séance l’intervention en français du conseiller Dominique Schwartz (ndlr: proche de Damien Thiéry), même si celle-ci a reconnu au conseiller son droit de s’exprimer en français, conformément à l’arrêt de la Cour constitutionnelle du 10 mars 1998. Pour M. Thiéry, Mme Geeurickx “vend”, ce faisant, quelque peu “son âme à la ministre Homans, et à la Flandre”.

BELGA

Partager l'article

26 juin 2018 - 16h30