Découvrez   

Ixelles refuse la démolition du bâtiment bpost, et pourrait l’acquérir

Si le bâtiment bpost à Flagey (chaussée de Boondael 55-57) est désormais en vente pour 9,5 millions d’euros, la commune d’Ixelles veut poser une série de conditions. Elle s’oppose à sa démolition et pourrait se porter acquéreur du bâtiment.

Le collège d’Ixelles a annoncé mercredi vouloir éviter une mauvaise surprise après le rachat du bâtiment, pour lequel beaucoup d’investisseurs privés se montrent intéressés. La commune va demander l’inscription du bâtiment sur la Liste de Sauvegarde du patrimoine. De plus, les différents projets seront jugés à partir d’une série de critères : “préservation du patrimoine, maintien du volume existant, pas de démolition, 50% minimum d’équipement collectif et du logement à caractère social”, explique Yves Rouyet, échevin Ecolo du Patrimoine et de l’Urbanisme, à nos confrères de la DH. En l’absence d’un projet satisfaisant, Ixelles pourrait également acquérir l’immeuble.

Une réhabilitation plutôt qu’une démolition

La commune n’envisage donc pas d’autoriser la démolition du bâtiment. Elle en souligne l’architecture moderniste typique du quartier Flagey, la localisation stratégique du bien et la décoration intérieure. Outre une fresque pop-art remarquable d’Emile Salkin dans la salle des guichets, “le bâtiment offre des espaces bâtis de qualité, des hauteurs sous plafond généreuses au rez-de-chaussée, un accès carrossable, un éclairage naturel”, explique l’échevin à la DH, “Autant d’atouts pour y réaliser un équipement comme une école, un musée, une académie”. Pour les étages supérieurs, la commune souhaite des logements à finalité sociale (étudiants, familles, etc), pour que la commune puisse atteindre son objectif de 15% de logements sociaux.

Arnaud Bruckner – Photo : Google Street View

 

Partager l'article

25 septembre 2019 - 14h33
Modifié le 25 septembre 2019 - 14h33