Découvrez   

Ixelles et Watermael-Boitsfort ne veulent pas de panneaux publicitaires digitaux

Les collèges des bourgmestre et échevins de Watermael-Boitsfort et d’Ixelles refusent catégoriquement l’installation de dispositifs de publicité digitale (écran LCD) dans la commune. Ils demandent le maintien des panneaux déroulants actuels, ont indiqué lundi les échevins Ecolo de l’Urbanisme Marie-Noëlle Stassart et Yves Rouyet.

Selon ceux-ci, la Région bruxelloise a accordé le permis d’urbanisme requis, malgré l’avis négatif de leurs communes à propos de l’installation de plusieurs panneaux digitaux JC Decaux, le long des avenues de Visé, de la Sauvagine et du Martin-Pêcheur, à Watermael-Boitsfort et de 28 dispositifs de publicité digitale de 2m², liés au service Villo! mais indépendants des stations.

Selon les échevins écologistes, d’autres communes bruxelloises se sont également opposées à cette évolution des dispositifs publicitaires. La Région continue de solliciter l’avis des communes pour l’installation d’autres dispositifs digitaux.

Ixelles et Watermael-Boitsfort motivent leur rejet de ce type d’installation par l’atteinte à la sécurité routière, par les défis environnementaux, et le respect du tissu urbain. Beaucoup plus énergivores qu’un simple affichage déroulant, ils vont à l’encontre des efforts fournis pour lutter contre le dérèglement climatique. S’ajoute à cela le fait que les images animées présentes sur les panneaux LCD sont plus perturbantes pour les conducteurs de véhicule et donc plus dangereuses pour leur sécurité.

Pour les deux communes, la Région considère à l’opposé que Bruxelles doit devenir une capitale à la pointe de la technologie et de la mode, “une capitale «bling bling», quitte à mettre en péril la sécurité des usagers de la voirie”. De plus, ces panneaux d’affichage sont directement liés aux stations Villo! , mettant à disposition de la population un abonnement à petit prix de vélos et ce, dans le but de favoriser une mobilité douce pour un meilleur respect de l’environnement, ont-elles souligné lundi.

Selon les deux échevins Ecolo, dont la formation siège dans l’opposition à la Région, ces dispositifs sont par ailleurs contraires au projet de Règlement Régional d’Urbanisme (RRU), élaboré par le gouvernement bruxellois, alors que le demandeur du permis n’est autre que le ministre de la Mobilité du même gouvernement.

Belga

► Revoir notre reportage: L’arrivée des “Villo!” électriques cet été à Bruxelles est compromise

Partager l'article

20 mai 2019 - 18h37
Modifié le 20 mai 2019 - 18h37