Découvrez   

La commune d’Evere refuse une piste cyclable provisoire : “Les cyclistes ne seraient pas en sécurité”

Avenue Jules Bordet - Google Street View

Un bras de fer s’annonce entre la commune d’Evere, mené par le bourgmestre Ridouane Chahid (PS), par ailleurs chef de groupe socialiste au Parlement bruxellois, et la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) autour de l’installation de pistes cyclables provisoires sur l’avenue Jules Bordet.

Dans une interview accordée à la DH et confirmée sur l’antenne de BX1, Ridouane Chahid pointe l’actuelle politique de mobilité menée par la ministre régionale Elke Van den Brandt et réclame plus de concertation autour de l’installation de pistes cyclables provisoires suite à la crise du coronavirus. “Il n’y a pas de concertation ni de participation citoyenne. Certains ont l’impression qu’on leur impose une politique de mobilité alors qu’un peu de dialogue peut amener à comprendre les choses”, estime l’élu socialiste. “Ce n’est pas une tension au sein de la majorité mais une opinion pour faire avancer les choses. Nous souhaitons une politique qui va vers la mobilité douce et les transports en commun, et l’un et l’autre feront qu’on diminuera la congestion automobile à Bruxelles”, explique encore Ridouane Chahid.

Toutefois, cette opinion a mené au refus de l’installation d’une des pistes cyclables provisoires proposées par la Région bruxelloise, lors de l’annonce d’un plan de création de 40 kilomètres supplémentaires pour les cyclistes suite au confinement. La commune d’Evere, dont Ridouane Chahid est bourgmestre, a en effet refusé les pistes cyclables de l’avenue Jules Bordet, entre le cimetière de Bruxelles et la gare Bordet. “On l’a refusé car la Région voulait juste placer des blocs de béton sur le côté de la rue”, expliquait Ridouane Chahid dans la DH ce mercredi.

Aucune piste actuellement

“La proposition se limite principalement à la transformation d’une bande de circulation dans chaque sens de circulation en pistes cyclables réalisées avec du marquage au sol. Les plans se limitent à du marquage au sol et ne mettent pas en sécurité les cyclistes qui utiliseraient la piste cyclable”, précise un courrier de la commune d’Evere envoyé à la ministre Elke Van den Brandt et dévoilé par La Capitale, ce jeudi. “Les plans n’améliorent que légèrement la sécurité des piétons voulant traverser l’avenue J. Bordet. Aucune mesure n’est prise pour diminuer la vitesse de la circulation à la hauteur des habitations”, ajoute ce courrier.

Du côté du cabinet de la ministre de la Mobilité, on précise que cette piste provisoire n’empêche pas des discussions sur une future piste installée sur le long terme. “Il s’agit d’une piste provisoire car nous devons aller vite puisque le but est de désengorger les transports en commun à cause de la crise du coronavirus. Une piste cyclable durable demande d’avoir un permis d’urbanisme”, explique le cabinet.

Actuellement, aucune piste cyclable n’est installée sur l’avenue Jules Bordet où la vitesse est limitée à 50 km/h sur deux bandes de circulation automobile dans chaque sens.

Gr.I. – Photo : capture Google Street View

Partager l'article

16 juillet 2020 - 08h30
Modifié le 16 juillet 2020 - 08h30