Funérailles de l’imam Rachid Haddach : des incitations à la haine signalées sur le net

Unia a déjà reçu mercredi sept signalements pour incitation à la haine et à la violence sur les réseaux sociaux en lien avec les funérailles de l’imam Rachid Haddach, a indiqué mercredi le directeur du centre interfédéral pour l’égalité des chances, Patrick Charlier.

Les funérailles de celui qui était également prédicateur et conférencier se sont déroulées lundi après-midi à la mosquée Al Khalil de Molenbeek-Saint-Jean et au cimetière multiconfessionnel d’Evere.

Le premier signalement a été introduit par le président des jeunes cdH de Molenbeek-Saint-Jean, Oussama Karam-Ziani, qui a initié une campagne sur Facebook contre ces dérives haineuses. Il explique avoir lu une dizaine de commentaires problématiques qui ont été supprimés. L’un d’eux parlait de rouler avec un camion sur les personnes réunies. Il a eu le temps d’en capturer deux, à savoir un d’un particulier qui suggère de lancer des grenades dans la foule et un du Vlaams Belang qui taxe le prédicateur belgo-marocain de haineux et salafiste.

Rachid Haddach avait été publiquement accusé de salafisme et radicalisme, mais s’en était toujours défendu. Il avait d’ailleurs déposé plainte contre le mouvement extrémiste Sharia4Belgium pour menaces de mort. C’était un imam très populaire sur Youtube et dont le langage était apprécié par les jeunes. Ses funérailles ont rassemblé entre 5.000 et 6.000 personnes, selon la police locale. Oussama Karam-Ziani remarque qu’il était un fervent défenseur du vivre ensemble et se souvient d’une vidéo où face à la mise à distance de ses voisins, il a continué à adopter un comportement bienveillant à leur égard. “Il voyait l’humain avant les religions. Qu’on soit chrétien, musulman ou juif, l’humain passait avant tout. C’est ce qu’il m’a toujours appris“. Il juge choquant de ne pas avoir respecté ses funérailles.

Belga 

Partager l'article

05 février 2020 - 18h39