Rue de la Loi : le casting des ministres bruxellois attendra mercredi soir (J+51)

Fabrice Grosfilley - Photo Couverture

Aboutira ou aboutira pas ? Ce mardi, la reprise des négociations bruxelloises restent suspendues au bon vouloir de l’Open VLD. En demandant à rappeler le Mouvement Réformateur dans la pièce bruxelloise, les libéraux flamands ont un peu crispé les partis francophones (pour rappel, la tradition bruxelloise veut que les négociateurs d’un camp linguistique n’interfèrent pas sur la composition de la majorité de l’autre camp, or l’Open VLD a déjà fait perdre une dizaine de jours au processus de négociation). On devrait être fixé assez vite à la reprise des discussions à 12h30. En théorie, le communiqué de presse conjoint émis ce lundi indiquait que tous les congrès de participation devaient être organisés pour mercredi au plus tard, ce qui semble fermer la porte à un nouveau report : s’il veut respecter cette affirmation, l’Open VLD doit lui aussi se prononcer ce mercredi.

Si (pour plaire à Gwendoline Rutten, leur présidente de parti qui veut plaire à Charles Michel) les libéraux flamands tiennent le mauvais rôle dans ce vaudeville bruxellois, il faut se méfier des apparences. En réalité, ce report d’une journée arrangeait presque tout le monde. Pour une question de qualité du texte d’abord. Une partie de l’accord de gouvernement ayant été négociée en langue française, la traduction néerlandaise méritait d’être retravaillée. Les négociateurs néerlandophones, Open VLD en tête, y ont donc été attentifs ce lundi. Pendant ce temps-là, les négociateurs francophones révisaient l’accord de gouvernement de la COCOF (la Commission Communautaire Française). Surtout, les négociateurs gardent quelques points en suspens sur lesquels leurs conseillers devaient encore travailler ce mardi matin. Il s’agit essentiellement de décisions liées à la fiscalité immobilière (droits d’enregistrement et droits de succession), dont les différentes hypothèses sur la table doivent faire l’objet d’une modélisation budgétaire avant que la décision finale soit prise. Pour toutes ces raisons, un petit délai supplémentaire était le bienvenu. Faire porter le chapeau à l’Open VLD et surtout au MR était assez pratique.

Si les négociations reprennent bien ce mardi après-midi, l’accord sur l’accord de gouvernement arrivera en fin de journée. Viendra ensuite la négociation des compétences. On définira le contenu des portefeuilles mais on ne les attribuera pas encore. Pour cela, plusieurs négociateurs confirment qu’on attendra d’abord l’accord formel des congrès de participation. Histoire de ne pas mettre la charrue avant les bœufs et de ne pas polluer ces congrès avec des questions de personne. Ce n’est qu’une fois que les partis auront approuvé l’accord que les négociateurs se repartiront les postes. Ce qui obligera Ecolo (qui doit faire avaliser le casting par ses militants aussi) à organiser deux assemblées générales, l’une sur le programme de gouvernement (convoquée à titre conservatoire sur le site de l’ULB à 19h), l’autre sur les ministres écologistes (au même endroit, quelques heures plus tard).

Partager l'article

16 juillet 2019 - 14h46