La réunion de la commission de l’Intérieur est annulée

La commission de l’Intérieur de la Chambre a annulé sa réunion de mercredi matin. Elle devait poursuivre à 10h ses travaux sur le projet de loi relatif aux visites domiciliaires mais, vu les objections formulées dans les rangs libéraux, la majorité souhaite accorder ses violons avant de reprendre les débats.

Après la frilosité de certains membres du MR exprimée hier en commission de l’Intérieur et l’annonce par Charles Michel de consultations discrètes; la commission de l’Intérieur qui devait poursuivre ses travaux ce matin à 10h sur le dossier des visites domiciliaires est annulée.

Au sein de la majorité, règne le sentiment que nous devons d’abord accorder nos violons“, a expliqué le président de la commission, Brecht Vermeulen (N-VA).

L’entourage du Premier ministre, Charles Michel, a fait savoir mardi soir que le chef du gouvernement tiendrait des consultations discrètes dès son retour de Russie pour tenir compte des remarques exprimées dans la journée de mardi au cours des auditions devant la commission de l’Intérieur, particulièrement celles de l’association des juges d’instruction. Les juges d’instruction mais aussi les avocats ainsi que les représentants du monde associatif ont dit tout le mal qu’ils pensaient de ce texte qui permet à la police, moyennant l’autorisation d’un juge d’instruction, d’entrer dans un domicile privé pour y arrêter un étranger en séjour illégal qui refuserait de se soumettre à un ordre de quitter le territoire et de fouiller les lieux.

Le président de la commission a décidé de reporter la réunion après s’être entretenu avec les cabinets du ministre de la Justice, Koen Geens, et du secrétaire d’Etat à l’Asile, Theo Francken. La commission attendra le résultat des consultations de M. Michel avant de poursuivre ses travaux.

Nous n’avons pas encore commencé la discussion générale. Si nous voulons aborder celle-ci, nous devons savoir où nous allons“, a expliqué M. Vermeulen. “C’est le premier signe d’un enterrement du texte. Il faut poursuivre dans cette direction“, a souligné dans l’opposition Benoît Hellings (Ecolo).

Le cdH, le PS et les écologistes ont demandé le retrait du texte. Comme plusieurs acteurs entendus mardi, ils estiment que le projet n’est même pas amendable.

Avec Belga

Partager l'article

31 janvier 2018 - 10h10