Michel De Maegd : “C’est moi qui ai contacté le MR”

Michel De Maegd passe de l’écran aux urnes. Ancien présentateur du 19h sur RTL-TVI, il a annoncé sa candidature aux élections législatives de mai 2019. Il sera troisième sur la liste de la Chambre au MR.

“C’est moi qui ai contacté le MR”, explique d’entrée de jeux Michel De Maegd. Ce choix est le fruit d’une longue réflexion. “A un moment donné, je me suis dit finalement que la notoriété était utile quand on s’engage dans l’action. Si c’est juste pour sa petite gloriole à soi, on ne va pas très loin”. Il a alors contacté un ami d’études engagé dans la politique. “Je lui ai demandé s’il y avait un intérêt. Il m’a dit “probablement” et je me suis dévoilé”. 

Anne Delvaux, Florence Reuter, Jean-Claude Defossé ou encore Frédérique Ries sont également passés de la télé au monde politique. De quel parcours se sent-il le plus proche? “Je me sens le plus proche de mon parcours” répond Michel De Maegd. “J’arrive en politique avec beaucoup d’humilité. C’est la première fois que je me présente. J’ai une place de choix. J’espère être élu comme député.”

Son intérêt pour ce poste? “J’ai été pendant 25 ans dans l’observation journalistique de la société dans laquelle on évolue. On est à un moment charnier où je trouve qu’il y a beaucoup de débats qui deviennent extrêmement clivants.  Il y a la vague de populisme qui est de plus en plus importante. Il y a les rejets de l’autre, ce qui est l’antinomie de ma personne. Il y a le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et à un moment donné le bashing anti-journalisme. Tout cela me donne envie de m’engager car je pense qu’on peut être dans l’observation, mais, à un moment donné, on peut aussi passer à l’action”.  

Un gauchiste de droite 

“Quand je dis que je suis “gauchiste de droite”, c’est parce que le corps, le fondement du Mouvement Réformateur me correspond parfaitement bien. Je suis libéral et j’ai des accents dans ce libéralisme qui sont des accents sociaux”. Mais l’ex-présentateur ajoute qu’il s’est aussi donné “une étiquette pour dénoncer les étiquettes”. 

► Retrouvez L’Interview du lundi au vendredi à 12h45 sur BX1.

 

 

 

Partager l'article

14 mars 2019 - 13h33