Elections 2019 : la mobilité au centre du Débat

Dans le Débat d’aujourd’hui, le thème abordé est la mobilité. Jean-Christophe Pesesse et ses invités décortiquent les grandes thématiques de la vie bruxelloise.

Des transports en commun gratuits ?

La gratuité a un coût de plus de 200 millions“, assène Marc Loewenstein, 4ème tête de liste à DéFI. “Si ce n’est pas l’usager qui paye, cela veut dire que ce sont tous les Bruxellois qui vont devoir payer. Nous ne trouvons pas ça juste“. Pour Ecolo, la gratuité devrait être partielle, avec une distinction pour les moins de 25 ans et les plus de 25 ans : “L’idée est d’influencer les comportements futurs avec une gratuité pour les -25 ans et une gratuité pour les chômeurs et bénéficiaires du CPAS“, explique Isabelle Pauthier, 8ème de liste à la Région.

Pour Vincent de Wolf, 2ème de liste MR, “c‘est une illusion de commencer à proposer du gratuit à l’approche des élections. Cela ne modifiera pas le comportement des usagers. Ce sont des spéculations électorales, pas des volontés d’améliorer la mobilité”.

Tout l’inverse de Youssef Handichi, 2ème de liste au PTB, qui estime que la gratuité est tout à fait faisable : “Sur les 200M nécessaires, on peut en trouver 137 déjà payés par le forfait domicile-travail par les entreprises. Il ne faudrait donc trouver “que” 63 millions”. Ridouane Chahid, 6ème sur la liste du PS, abonde: “Nous sommes clairement pour la gratuité des moins de 25 ans. Nous irons chercher l’argent là où il est pour financer le projet“.

La position du CdH est elle plus mesurée: “Nous souhaiterions une étude pour voir qui aurait accès à la gratuité mais la gratuité totale n’est clairement pas la demande de la population“.

L’extension du métro

Ridouane Chahid: “On ne remettra pas en question le projet métro“. Sentiment partagé par le cdH: “Il faut avancer sur l’extension de ce métro. il faut avoir une vision à plus long terme pour la Région“.

Pour Ecolo par contre, le métro n’est pas la priorité: “La priorité c’est le transport en surface. Nous pensons que l’argent dédié au métro pourrait être utilisé autrement“. Pour le PTB, la question du financement se pose: “notre bémol se situe sur le financement partenariat public-privé (PPP). Nous voulons le faire via un fond propre“.

Enfin, pour M. Loewenstein, le problème du métro est surtout un problème de gouvernance : “Il faudrait mettre en place une autorité qui tranche dans les décisions. On est favorables pour passer de 4 à 8 lignes de métro. C’est un projet ambitieux mais nécessaire“.

Moins de voitures en ville ?

Pour ce qui concerne les voitures, les différents candidats s’expriment principalement sur les parkings de dissuasion. “Réaménager les autoroutes qui fracturent Bruxelles en boulevards urbains, c’est évidemment une bonne idée mais cela doit aller de paire avec la construction de ces parkings, tout comme la finalisation du RER, etc.”, explique De Beukelaer. Loewenstein abonde dans le même sens: “Il est nécessaire de réduire les places de stationnement en voirie mais seulement si on les compense hors-voirie“. “Ces parkings de dissuasion sont la seule alternative pour réduire le nombre de voitures à Bruxelles“, continue Handichi.

Pour Ridouane Chahid, “on a manqué l’occasion de travailler de manière plus approfondie pour permettre l’apparition de ces parkings.” Vincent de Wolf lui souligne le travail du Ministre de la Mobilité François Bellot, qui a développé de manière considérable les trajets S de la SNCB.

Quelle fiscalité automobile ?

Christophe De Beukelaer lance l’idée d’un péage urbain: “C’est une taxation urbaine positive pour encourager les gens qui changent de mode de transports”. Ridouane Chahid parle lui d’une taxe kilométrique : “On veut taxer le véhicule à l’usage pour changer les mentalités du citoyen“, “ce qui nécessite une concertation“, selon Loewenstein.

Pour Vincent De Wolf, la taxe “éco-score” permettait de faire payer plus à ceux qui polluaient plus. “Aujourd’hui, il n’y a pas d’alternatives et en plus on veut taxer? Cela n’est pas sérieux!“. Un avis rejoint par Youssef Handichi: “Je ne comprends pas qu’on n’offre pas d’alternatives mais qu’on taxe les gens encore plus. Le PTB est contre la taxe kilométrique et le péage urbain“.

Isabelle Pauthier propose elle un péage sur la zone Pentagone (Quartier Nord, Midi, Européen…), “car ce sont des zones où il y a une forte concentration d’emplois qualifiés de gens qui majoritairement ne vivent pas à Bruxelles et où les transports en commun sont bien desservis“.

T.D.

Partager l'article

17 mai 2019 - 20h10