De Lijn : Ben Weyts (N-VA) demande le déplacement de l’arrêt de la gare du Nord

Le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) a demandé à la société de transport De Lijn de supprimer son arrêt à la gare du Nord à Bruxelles. Des arrêts temporaires seront installés place du Nord, devant la gare, dans l’attente d’un nouveau bâtiment.

Le ministre justifie cette décision en invoquant les migrants qui occupent la gare comme dortoir. “La différence est que l’arrêt de la gare du Nord est souterrain, dans l’obscurité. Désormais, l’arrêt est en plein air, sur une place ouverte, avec beaucoup d’espace et assez de place pour y installer des arrêts de bus temporaires”, explique Ben Weyts à la VRT. “C’est ce que nous allons faire, et nous n’allons pas attendre l’autorisation de la Région de Bruxelles-Capitale”.

La compagnie De Lijn a réagi positivement à cette demande de Ben Weyts : “Comme le projet d’un nouveau terminal a été reporté, ce scénario provisoire était déjà sur la table depuis quelque temps”, explique le porte-parole de la société flamande de transports en commun à nos confrères de Bruzz.

La Région bruxelloise déplore le désinvestissement du Fédéral à Bruxelles-Nord

La responsabilité des problèmes rencontrés à l’arrêt des bus De Lijn de la Gare de Bruxelles-Nord incombe au niveau fédéral, estime vendredi la Région bruxelloise, pointant entre autres le désinvestissement dans les forces de police, mais aussi l’absence d’un centre d’orientation et d’accueil pour migrants. “Il s’agit d’une situation exceptionnelle et très complexe. Il y a eu un désinvestissement total au niveau fédéral en ce qui concerne les forces de police à la Gare du Nord, bien que cela soit de sa compétence“, commente-t-on du côté du cabinet du ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort (PS).

La porte-parole de ce dernier, Lidia Gervasi, souligne par ailleurs que la demande régionale visant à mettre sur pied un centre d’accueil et d’orientation pour les migrants en transit à proximité de la gare n’a jamais été rencontrée. “La Région met tout en œuvre pour que tout se déroule de manière aussi sûre que possible, mais nous ne pouvons pas constamment compenser les carences des autres“, a-t-elle ajouté.

“Weyts ne peut pas prendre cette décision unilatéralement”, selon Bernard Clerfayt

Le bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt (DéFI) a fait part de son étonnement vendredi à la suite de la décision unilatérale prise par le ministre flamand Ben Weyts (N-VA) de déplacer les arrêts de bus De Lijn à l’extérieur de la gare du Nord. D’après le maïeur schaerbeekois, une autorisation de la Région bruxelloise est cependant requise. “M. Weyts ne peut pas décider seul et doit prendre contact avec la Région, qui a déjà refusé cela par le passé“, a souligné M. Clerfayt.

Surveillance policière

La zone de police de Bruxelles-Nord surveillera attentivement le nouveau déménagement des arrêts De Lijn place du Nord, devant la gare, a-t-elle indiqué ce vendredi. Le dernier transfert avait créé des conditions de circulation jugées infractionnelles. La police s’attend cette fois à moins de perturbations.”Nous suivrons la situation de près dès que le déplacement des arrêts sera effectif“, a confirmé un porte-parole de la police de Bruxelles-Nord. “Nous essayons de garantir la sécurité en toutes circonstances.” Les bus s’arrêteront uniquement place du Nord, qui deviendra un terminus, et pourront ensuite se diriger sous la gare pour y faire demi-tour ou y stationner. Aucun voyageur n’y sera désormais déposé.

L’an dernier, l’arrêt de la gare du Nord avait déjà été déplacé provisoirement place Rogier à la suite de plaintes de chauffeurs. Mais celle-ci se trouve assez loin de la gare et l’arrêt provisoire posait des problèmes de sécurité routière.

Gr.I. avec Belga – Photo : Belga/Laurie Dieffembacq

Partager l'article

12 avril 2019 - 14h00