Communales 2018 : plus d’un million d’électeurs n’ont pas voté de manière valable

Plus d’un million d’électeurs inscrits ont voté de manière incorrecte lors des élections communales du 14 octobre dernier, en particulier à Bruxelles, affirme Filip De Maesschalck, docteur en géographie. 

Selon le Dr De Maesschalck, ce sont au total 1,150 million d’électeurs qui ont voté de manière incorrecte, dont un tiers ayant exprimé un vote blanc ou non valable. Le taux de votes non valables atteint plus de 20% à Bruxelles et est le plus faible en Flandre, a calculé ce chercheur. En 2012, la non-participation au scrutin communal avait atteint un niveau historique, avec 15% des électeurs inscrits n’ayant pas exprimé leur suffrage.

Lors des dernières communales, le pourcentage s’est situé à un niveau légèrement moins élevé (14,1%), le second au cours des trente dernières années. Les différences sont frappantes selon les communes. Celle de Messines (Flandre orientale) a enregistré le plus bas taux de votes non valables, avec 3,2%, alors que celui-ci a atteint 36% à Burg-Reuland, dans les cantons de l’est, où la faible participation au scrutin communal est une constante. Des variations sont aussi constatées entre la Flandre et les autres Régions ainsi qu’en fonction de l’urbanisation des communes. Les taux de votes non valables ont été relevés dans les communes flamandes jouxtant Bruxelles et dans les districts du centre d’Anvers, souligne le Dr De Maesschalck. Toutes les communes dépassant les 20% se situent dans les cantons de l’est, le long de l’ancien axe industriel wallon (de Charleroi à Liège), à Bruxelles et alentour ainsi que dans l’extrême sud du pays.

Le Dr De Maesschalck a aussi étudié la non-participation au vote des ressortissants d’origine étrangère qui ne s’étaient pas inscrits comme électeurs. En les incluant dans son étude, il arrive à la conclusion que 1,933 million d’électeurs potentiels n’ont pas voté ou l’ont fait de manière non valable. Les chiffres sont particulièrement élevés à Bruxelles, où 27,1% de la population en droit de voter ne s’est pas inscrite comme électeur, ce qui aboutit à une non participation atteignant 42,3% – et plus de 50% dans les communes d’Ixelles et de Saint-Gilles. Le chercheur y voit comme raison le nombre important de non Belges. Un électeur potentiel sur trois est à Bruxelles de nationalité étrangère, contre 10% en Wallonie et 7% en Flandre. Le Dr De Maesschalck se pose dès lors la question de la représentativité des résultats des communales, avec près de deux millions de voix non exprimées.

Selon le chercheur, le taux de non-participation risque d’être plus élevé encore lors des élections générales prévues le 26 mai prochain, avec un corps électoral de moindre ampleur.

Source : Belga / Photo : Belga

Partager l'article

12 décembre 2018 - 15h28