Découvrez   

Une prime “Covid-19” mais pour qui?

Ce jeudi soir, le gouvernement fédéral de Sophie Wilmès s’est entendu sur la création de plusieurs aides financières pour les personnes travaillant dans la lutte contre le Covid-19. Les propositions devraient être présentées ce samedi matin aux présidents de partis. 

Difficile de savoir vraiment ce que contient cet accord. Les 10 partis ont chacun fait des propositions pour aider financièrement les secteurs qui poursuivent leurs activités durant cette période de confinement. De Tijd révélait ce vendredi que la Première ministre, Sophie Wilmès (MR), aurait obtenu un accord pour octroyer une prime de 1.450 euros au personnel soignant et aux pharmaciens. Information confirmée par le ministre des Finances, Alexander De Croo (Open VLD), au micro de la VRT.

Cependant, des discussions sont toujours en cours pour connaître les modalités d’octroi. Car si le geste peut paraître noble, le gouvernement n’a pas précisé qui la recevrait. Il table sur 10.000 demandes et a donc dégagé un budget de 14,5 millions d’euros. Mais qui pourra demander cette prime?

Ne pas faire de distinction entre les travailleurs

“Nous n’avons en tout cas pas été consultés, précise Carine Rotseleur de la CGSP. Nous nous méfions des effets d’annonce et ce n’est pas parce qu’on donne une prime que le personnel ne pourra plus se plaindre ensuite. Il faut aussi déterminer qui pourra la demander. Est-ce que cela concernera que les soignants dans les hôpitaux publics ou aussi le privé. Et qu’en est-il du personnel dans les maisons de repos qui voit leur résidents mourir au fur et à mesure avec des conséquences psycho-sociales dramatiques?”

La question des conditions d’octroi n’est donc toujours pas réglée et devra être discutée samedi matin. D’autres propositions sont aussi sur la table comme celle faite par le président du MR, Georges-Louis Bouchez pour défiscaliser les heures supplémentaires. Rapidement, cette proposition a essuyé la critique des syndicats notamment dans la grande distribution. En effet, le personnel dans ce secteur est souvent à temps partiel et n’a donc pas accès au régime des heures supplémentaires.

Alexander De Croo a également mis sur la table la défiscalisation pour les patrons d’une prime de 1.000 euros. Ce “bonus corona” devrait être un incitant pour les personnes qui poursuivent leurs activités.

En tout cas ce samedi, les discussions risquent de durer.

Vanessa Lhuillier – Photo: Belga-Benoît Doppagne