Découvrez   

Le testing a repris dans les maisons de repos mais sans les tests antigéniques

Les maisons de repos bruxelloises sont actuellement touchées moins durement par cette deuxième vague de covid-19. Et depuis quelques jours, le personnel peut à nouveau se faire tester de manière préventive. Mais les tests antigéniques ne pourront finalement pas être utilisés.

Actuellement, 75 maisons de repos sont touchées par le covid-19 sur les 135 que compte la Région bruxelloise. Dans 33 établissements, on compte moins de deux cas et il existe 10 clusters avec entre 2 et 10 personnes infectées. Dans 4 cas sur 5, les personnes sont asymptomatiques ce qui change évidemment beaucoup de choses par rapport à la première vague. Depuis fin août, on ne compte que 220 décès dans les maisons de repos bruxelloises.

Les maisons de repos gèrent mieux cette deuxième vague car elles disposent de matériel de protection, d’un meilleur dépistage et de plan sanitaire. En plus, on ne compte qu’un taux d’absentéisme de 2,7% du personnel. Aujourd’hui, seule une trentaine de bénévoles a été demandée par la plateforme Iriscare pour venir donner un coup de main dans les établissements.

Et puis, à présent, lorsqu’un cas est avéré positif et qu’un autre est suspect, tout le monde est testé. Et depuis lundi, le personnel est à nouveau testé grâce aux tests PCR. Pourtant, la Région avait commandé fin octobre plus de 100.000 tests antigènes dans le but de tester le personnel des maisons de repos.

Coronavirus : la Région bruxelloise a commandé 100.000 tests antigéniques rapides

Pour rappel, ces tests ne doivent pas être analysés par un laboratoire. Ils sont effectués via un prélèvement nasal à l’aide d’un écouvillon comme le PCR, mais le résultat est connu en 15 minutes. Ils sont un peu moins fiables (80%) que les PCR.

Les pharmaciens pourront-ils utiliser des tests antigéniques ?

Début novembre, le fédéral avait décidé de faire rentrer le test antigénique dans sa stratégie de testing, suivant ainsi les exemples français et suisses. Dans l’Hexagone, les tests antigéniques sont réservés aux personnes asymptomatiques, les cas contacts. Mais finalement, en Belgique, le fédéral a décidé de les utiliser pour les personnes symptomatiques puisque leur fiabilité est moindre. Cela a tout de même permis de libérer les laboratoires ce qui rend possible à nouveau les prélèvements sur toute la population à partir du 23 novembre prochain.

Des tests antigéniques inutilisables en maisons de repos

Mais du coup, Bruxelles s’est retrouvée avec 100.000 tests antigéniques prévus pour les maisons de repos sur les bras. Impossible de les utiliser dans les maisons de repos puisque le fédéral ne les autorise pas dans ce contexte.

Le fédéral ne reconnait pas non plus les tests salivaires, fiables à 60%, mais cela n’a pas empêché la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS) de baser sa stratégie de testing des maisons de repos dessus.

A Bruxelles, le ministre de la Santé, Alain Maron (Ecolo), a finalement décidé de ne pas les utiliser puisque le RAG (risk assesment group) ne les recommande pas pour les maisons de repos. Il ne devrait toutefois pas terminer à la poubelle mais être utilisés d’ici la fin du mois sur les personnes symptomatiques comme préconisé par le fédéral.

Vanessa Lhuillier – Photo: BX1

Partager l'article

18 novembre 2020 - 17h25
Modifié le 19 novembre 2020 - 12h44