Découvrez   

Auderghem : le château des Trois Fontaines et le Prieur du Rouge-Cloître bientôt rénovés mais toujours sans affectation

Les deux sites classés que sont le château des Trois Fontaines à la lisière de la forêt de Soignes et proche de l’Adeps ainsi que le Prieur du site du Rouge-Cloître retrouveront très prochainement leur lustre d’antan. Malgré de coûteuses rénovations, la Région n’a toujours pas de gestionnaire pour redonner aux lieux.

Durant le confinement, certains Bruxellois ont certainement redécouvert les joies des promenades en forêt de Soignes mais aussi sur le magnifique site historique du Rouge-Cloître. Les week-ends de beau temps, des milliers de promeneurs ont ainsi pu voir un chemin en pavé qui indique le début d’une belle promenade en pleine nature devant le site de l’Adeps. En suivant ce chemin, les enfants peuvent s’imaginer emprunter celui qui mène au Magicien d’Oz. Seulement, ce chemin, il ne mène que vers une pseudo ruine. Avec le château des Trois Fontaines, on est pour le moment plus proche de la maison hantée que du palais d’Émeraude.

Bâti en 1329, il n’était alors qu’un donjon, mais au fil du temps, d’autres petits bâtiments s’y ajoutent créant ainsi un petit château en forme de L. Il était employé par les ducs de Brabant comme pavillon de chasse au XIVe siècle. Il dispose également d’une cheminée gothique et d’un cachot pour les braconniers. En 1584, les lieux sont détruits dans un incendie, mais reconstruits. À partir de 1786, le château devient une maison forestière.

Entre 1973 et 1976, il est restauré par l’ASBL Conseil de Trois-Fontaines pour abriter des expositions jusqu’en 1999. Depuis, le domaine n’est plus utilisé. Bruxelles-Environnement, qui gérait alors les lieux, organisa encore quelques manifestations jusqu’en 2008. En mars 2014, le château passe dans le portefeuille de la Région.

Un premier dossier en 2015

Malgré son classement en 1986, il a fallu attendre 2015 pour que les choses bougent. Une demande de permis d’urbanisme concernant la réfection des toitures, à savoir la restauration de la charpente, le remplacement des gouttières et descentes d’eau, la réfection de l’égouttage souterrain, le remplacement de la couverture et l’isolation de la toiture est introduite.

Le permis d’urbanisme a été délivré en mai 2016. Le chantier a débuté en mars 2017 et s’est terminé en novembre 2017. Le bâtiment étant protégé par une toiture performante, il ne risque plus de se dégrader davantage, a répondu le secrétaire d’État à l’Urbanisme Pascal Smet (one.brussels/sp.a) à une question du député libéral, Geoffroy Coomans de Brachène.

Pour l’intérieur des lieux, la première demande de permis a d’abord été jugée incomplète. Le dossier a finalement dû attendre février 2019 pour être accepté par l’administration régionale qui a délivré le permis en mars 2020. Une réunion avec les architectes et le maître d’ouvrage a été organisée en mai 2020 afin de finaliser le cahier des charges de l’appel d’offres et de l’ajuster en fonction des conditions de permis d’urbanisme. D’après urban.brussels, l’appel d’offres a été publié.

Au Rouge-Cloître, les travaux prennent du retard

Autre site remarquable auderghemois : le Rouge-Cloître. Le site est composé de plusieurs bâtiments qui appartiennent à la commune, à la Région ou à Bruxelles-Environnement. Tous les ingrédients pour faire de ce site classé un véritable symbole de la complexité institutionnelle bruxelloise.

La commune a rénové ses bâtiments même si des travaux sont encore à exécuter pour la grange et le bâtiment principal. “Cela fait 4 ans que nous attendons les permis”, explique le bourgmestre d’Auderghem, Didier Gosuin (DéFi). “Il semblerait que les Monuments et sites aient changé d’avis et nous devrions les obtenir prochainement.” Bruxelles-Environnement a aussi remis à neuf la maison du Jardin des moines pour en faire un lieu de restauration. La maison du Meunier a obtenu un permis et sera transformé en bureau pour la nouvelle fondation régionale de protection de la Forêt de Soignes.

Par contre, à la Région, les travaux pour rénover le bâtiment emblématique du Prieur traînent. Idem pour le corps de ferme qui ne tient plus que grâce aux étançons.

Auderghem : la Région a démarré la rénovation du Prieuré au Rouge-Cloître mais cherche un exploitant

Les travaux auraient dû être terminés en décembre de cette année mais le covid a retardé le chantier. Il devrait prendre fin au printemps prochain.

Toujours pas d’affectation

Si on peut avoir l’impression que cela avance côté brique, côté affectation, c’est le calme plat pour les deux lieux. Dans les deux cas, la Région n’a toujours pas lancé d’appel. “Je suis inquiet quant à l’affectation du bâtiment des Trois Fontaines. S’il n’y a pas d’affectation forte pour ce lieu, il retombera à l’abandon”, commente Geoffroy Coomans de Brachène (MR). “Il nous faudrait quelque chose de très fort. Il y a urgence.”

Au Rouge-Cloître, la Région souhaite utiliser le rez-de-chaussée en horeca et en faire des salles de réunions ou d’exposition. Seulement, vu les contraintes liées au lieu situé en zone Natura 2000, les candidats ne se bousculent pas. “Je pense que la Région a travaillé à l’envers”, souligne Didier Gosuin. “Il aurait fallu d’abord savoir qui allait exploiter les lieux et ensuite faire les aménagements en conséquence.”

Vanessa Lhuillier – Photo: BX1

Partager l'article

16 décembre 2020 - 19h20
Modifié le 17 décembre 2020 - 07h14