Une nouvelle coalition au Monténégro

Deux partis minoritaires au parlement du Monténégro, les écolos-libéraux de l’URA et les sociaux-démocrates du SDP, ont conclu un accord de coalition qui permettra de soutenir un cabinet de minorité qui sera dirigé par l’homme fort de l’URA, Dritan Abazovic. Les deux formations espèrent obtenir l’appui du parti démocratique des socialistes (DPS), emmené par le président Milo Djukanovic, pro-occidental. Le DPS est le plus grand parti du parlement avec 30 sièges sur 81 et se trouve dans l’opposition depuis 2020. L’URA compte quatre sièges au parlement et le SDP deux. Tous deux sont également du côté de l’Occident.

Avec les autres petits partis du parlement, et les partis ethniques représentant les Bosniens et les Albanais, la coalition de M. Abazovic devrait parvenir à atteindre la majorité requise.

Le gouvernement du Monténégro a été renversé en février par un vote de défiance qui a contraint le Premier ministre de ce minuscule pays des Balkans, Zdravko Krivokapic, à faire ses cartons après des mois de crise politique. L’exécutif alors en place était pro-serbe et pro-russe.

Alors vice-Premier ministre, M. Abazovic avait annoncé le retrait de son parti de la coalition alors que les négociations pour une entrée du petit État au sein de l’Union européenne étaient au point mort.

L’accord de coalition de jeudi plaide pour une entrée dans l’Union et un soutien à l’Otan, que le Monténégro a intégré en 2017. Les membres de la nouvelle coalition condamnent également l’invasion russe en Ukraine.

Certains observateurs prédisent quelques problèmes avec l’inclusion envisagée du SNP, pro-serbe. Selon M. Abazovic, cette formation est nécessaire afin d’obtenir une majorité parlementaire, de façon à pouvoir mener les réformes en matière de justice, demandées par l’Europe.

Le Monténégro était uni à la Serbie jusqu’en 2006. Il négocie depuis 2012 son entrée au sein de l’Union.

Partager l'article

14 avril 2022 - 17h12