Découvrez   

Présidentielle au Burkina Faso sous menace djihadiste

Le Burkina Faso a commencé dimanche matin à voter pour élire son président et ses députés dans un contexte politique et sécuritaire tendu avec le risque d’attaques djihadistes et alors que l’opposition redoute des “fraudes massives” du camp du président Roch Kaboré, favori pour sa réélection, et menace de ne pas reconnaître les résultats. Quelque 6,5 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour ce double scrutin, mais près d’un cinquième du pays ne pourra pas voter faute d’une présence suffisante de l’Etat dans certaines zones du Nord et de l’Est en proie à des attaques djihadistes et à des violences intercommunautaires quasi quotidiennes.
Roch Marc Christian Kaboré, élu en 2015 et qui brigue un second mandat, fait face à 12 adversaires, dont Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition, et Eddie Komboïgo, candidat du parti de l’ex-président Blaise Compaoré, dont le régime tombé il y a six ans fait l’objet d’une nostalgie croissante.
Considérés comme les deux outsiders les plus sérieux, Diabré et Komboïgo, ainsi que quatre autres candidats, ont fait monter la pression samedi en dénonçant des risques de fraude.
Pays sahélien très pauvre, le Burkina vit ses heures les plus sombres depuis l’indépendance de 1960, s’enfonçant depuis cinq ans dans une spirale de violences djihadistes et intercommunautaires. Les attaques des groupes djihadistes –certains affiliés à Al-Qaïda, d’autres à l’organisation Etat islamique–, parfois entremêlées de violences intercommunautaires, et la répression violente des forces de sécurité ont fait au moins 1.200 morts (majoritairement des civils) et chassé de leurs foyers un million de personnes, qui s’agglutinent dans les grandes villes après avoir fui la violence.
Politiquement, cette présidentielle parait la plus ouverte de l’histoire du pays. Les opposants ont annoncé qu’ils s’uniraient derrière celui arrivé en tête pour le deuxième tour.

Partager l'article

22 novembre 2020 - 09h15