Nigeria: 14 morts dans une attaque de Boko Haram

Au moins 14 personnes sont mortes et des milliers d’autres ont fui l’attaque d’une localité du nord-est du Nigeria par le groupe islamiste Boko Haram, selon un nouveau bilan communiqué par l’ONG Médecins sans frontières (MSF) mercredi. L’attaque de Rann, à environ 175 km au nord de Maiduguri, la capitale de l’Etat du Borno, a eu lieu lundi en fin de journée. Des sources sécuritaires et humanitaires avaient dans un premier temps fait état de 7 morts.
Elle porte la marque de l’ISWAP, la faction de Boko Haram affiliée au groupe Etat islamique (EI), qui cible essentiellement des positions militaires et a mis l’armée en déroute à de nombreuses reprises ces derniers mois.
Les insurgés ont obligé les soldats de la base militaire de Rann à battre en retraite avant d’incendier les camps de déplacés, forçant les civils à fuir en brousse.
Le responsable des programmes d’urgence à MSF, Hugues Robert, a affirmé à l’AFP qu’une petite équipe s’était rendue à Rann mardi pour évaluer les dégâts, décrivant une situation “chaotique”.
“Les chiffres obtenus hier (…) sont de 14 morts”, trois soldats et 11 civils, a-t-il déclaré au téléphone depuis Genève où il se trouve.
Rann, qui accueille environ 35.000 déplacés, a été visée à plusieurs reprises par les insurgés depuis le début du conflit il y a dix ans, qui a fait plus de 27.000 morts.
La situation s’est dégradée de façon inquiétante ces dernières semaines dans la région, malgré les affirmations des autorités selon lesquelles Boko Haram est presque vaincu.
Plus de 30.000 personnes ont fui fin décembre les combats entre l’armée et les djihadistes dans la région de Baga, sur les rives du lac Tchad, qui sert de base arrière à l’ISWAP, selon l’ONU.

Partager l'article

16 janvier 2019 - 14h30