L’Inde instaure la peine de mort pour les violeurs d’enfants

Le gouvernement indien a approuvé, samedi, la peine de mort pour les violeurs d’enfants après le viol en réunion et le meurtre d’une fillette de 8 ans qui a choqué le pays. Réuni en urgence par le Premier ministre indien Narendra Modi, le gouvernement a approuvé un amendement à la loi sur les violences sexuelles permettant de condamner à la peine capitale les violeurs d’enfants âgés de moins de 12 ans. Les peines minimales pour viol ont également été durcies. Une fois l’ordonnance approuvée par le président, le parlement aura six mois pour la valider.

Des milliers d’Indiens ont manifesté ces derniers jours à travers tout le pays après l’enlèvement pendant cinq jours, le viol et le meurtre par huit hommes d’une fillette d’une tribu musulmane nomade dans l’Etat du Jammu-et-Cachemire (nord). Selon la police, ce crime visait à terrifier la communauté de bergers musulmans des Bakarwals pour les forcer à quitter la zone, à majorité hindoue.

L’Inde avait déjà durci les lois pour les agressions sexuelles en 2013 après un viol en réunion à New Delhi. Mais les violences sexuelles y compris à l’encontre des enfants restent monnaie courante avec 11.000 cas de viols d’enfants enregistrés en 2015.

Plus largement, les violences sexuelles envers les femmes et les enfants et l’échec des autorités à y remédier suscitent l’indignation en Inde, où des manifestations éclatent régulièrement pour dénoncer l’action jugée insuffisante du gouvernement Modi.

Partager l'article

21 avril 2018 - 15h37