La qualité de l’air mesurée en 3.000 endroits à Bruxelles à partir de samedi

À partir de samedi et durant quatre semaines, la qualité de l’air, et plus particulièrement le taux de dioxyde d’azote, sera mesurée en 3.000 endroits dans la Région de Bruxelles-capitale. Particuliers, écoles, entreprises et associations participent au projet d’étude scientifique citoyenne CurieuzenAir. Toutes les parties prenantes, réparties sur les 19 communes de la Région, installeront leur appareil de mesure ce samedi. Il s’agit d’une planche pliante fixée à la fenêtre. Deux tubes de mesure sont suspendus dans le panneau et mesurent la quantité de dioxyde d’azote (NO2) dans l’air extérieur.

Situés dans divers types de milieux urbains, comme des routes à forte et faible intensité de trafic, celles avec des bâtiments de type fermé, semi-fermé et ouvert, des zones résidentielles ou encore avec de nombreux immeubles de bureaux, les 3.000 points de mesure comprennent 83 écoles, 283 organisations et entreprises, et 2.570 familles. Les 64 panneaux de mesure restants seront installés dans les parcs de Bruxelles et près des stations de mesures de référence de Bruxelles Environnement.

Parmi les sites de mesure remarquables, on note la présence du 16 rue de la Loi, le Domaine royal de Laeken -avec l’autorisation de la famille royale-, ou encore la Commission européenne.

L’objectif du projet initié par l’Université libre de Bruxelles, l’Université d’Anvers et le mouvement urbain BRAL: créer une carte détaillée de la qualité de l’air bruxellois. “Celle-ci permettra de mieux estimer les effets du trafic sur la santé et de donner aux décideurs politiques accès à des informations précises permettant la mise en ?uvre et l’adaptation de mesures politiques”, soulignent les initiateurs par communiqué.

Partager l'article

25 septembre 2021 - 12h03