Jugement au printemps des salariés d'Air France accusés de violence

Les employés d’Air France mis en cause pour des faits de violence le 5 octobre seront jugés au printemps 2016. L’audience du 2 décembre devrait déterminer cette date de report, ont indiqué mardi des sources concordantes. Une audience se tiendra au tribunal de Bobigny, le 2 décembre, afin de déterminer la date du procès, probablement en mai, ont-elles précisé. Contacté, le parquet de Bobigny a confirmé qu’une audience de fixation devait se tenir ce jour-là et que les deux parties étaient attendues.

Compte tenu de l’épaisseur du dossier, le juge unique chargé de l’affaire pourrait aussi décider de renvoyer le procès vers une chambre collégiale. L’annonce d’une restructuration menaçant près de 3.000 emplois avait donné lieu à des débordements spectaculaires le 5 octobre en marge d’un comité central d’entreprise (CCE). Ceux-ci avaient obligé deux dirigeants, dont le directeur des ressources humaines (DRH) Xavier Broseta, à fuir des manifestants les chemises arrachées.

Cinq salariés seront jugés en correctionnelle pour des “violences en réunion”. Quatre d’entre eux, employés à Air France Cargo, ont été licenciés. Le cinquième, délégué du personnel (CGT) à Air France Industries, est menacé de licenciement.

D’autres employés doivent être jugés pour avoir secoué un portail d’accès au siège d’Air France. Leur geste a contribué à ce que les manifestants envahissent la salle où se tenait le CCE.