Grève au dépôt de la SNCB à Bruxelles au sujet d’heures supplémentaires impayées

Plusieurs accompagnateurs de train ont fait grève spontanément au dépôt de Bruxelles, vendredi, pour protester contre la décision unilatérale de la SNCB de procéder au paiement de l’arriéré de salaire en deux phases (décembre 2021 et février 2022) pour les jours de récupération du personnel opérationnel de la SNCB, a indiqué Philippe Dubois, secrétaire permanent régional CGSP Cheminots. Par ailleurs, l’inspection sociale exige que la SNCB et son service du personnel HR Rail résolvent ce problème d’ici fin mars. SNCB et HR Rail ont reçu la visite de l’inspection sociale il y a quelques mois, a confirmé une porte-parole de HR Rail, au sujet d’heures supplémentaires impayées. L’inspection exige que le problème soit résolu rapidement. La compagnie de chemin de fer s’est vu donner l’échéance de fin mars 2022.
Cependant, de nombreux employés n’ont pas apprécié ce délai annoncé. Certains ont alors entamé, vendredi, une grève spontanée à la gare du Midi à Bruxelles. Mais la perturbation s’est limitée à quelques trains annulés.
L’accumulation de jours de compensation non pris en compte dure depuis des années, selon Peter Vanderborght, syndicaliste de la CSC. “La SNCB a fait des efforts, de sorte que le volume de jours de retard a déjà considérablement diminué, mais il en reste encore une part importante”, a-t-il dit.

Partager l'article

08 octobre 2021 - 21h57