Victoria Austraet sur l’abattage rituel : “Plus de bien-être animal, c’est le but aussi de la religion”

Demain, la proposition sur l’abattage rituel passera en commission. La députée bruxelloise indépendante, Victoria Austraet était l’invitée de “+d’Actu” sur BX1.

Pour la députée indépendante, le texte sur l’obligation d’étourdir les animaux passe de législature en législature et il est considéré comme un “boulet” pour les gouvernements. Du côté de la population, il est vu comme une attente, “au moins 70% des citoyens bruxellois attendent cette interdiction de l’abattage dans l’étourdissement“.

À revoir également : Abattage rituel : DéFi amende sa proposition d’interdiction

La députée met en avant une distinction importante à faire sur cette proposition. “Le point crucial, c’est de rappeler que cette proposition ne vise pas à interdire l’abattage rituel, mais elle vise à rendre obligatoire l’étourdissement. Les religions sont très sensibles au bien-être animal, on le voit. Et si nous voulons faire un pas, vers le bien-être animal, il faut regarder la littérature scientifique, et donc pour éviter une souffrance, il faut passer par l’étourdissement“.

Pour la députée, il n’y a pas de débat chez les scientifiques, car 99% des vétérinaires sont d’accord sur l’importance d’étourdir les animaux.  “Quand on n’étourdit pas un animal et qu’on l’égorge, il y a des minutes qui s’écoulent de souffrance, d’agonie extrême et qu’il faut absolument éviter“.

L’étourdissement réversible serait une solution pour les communautés religieuses, d’après la députée.

Une inquiétude financière pour les abattoirs d’Anderlecht

Pour certains, cette proposition est vue comme une attaque contre la religion et la ruine financière pour les abattoirs. Des arguments que Victoria Austraet prend en compte ” je comprends ces arguments, car on ne peut pas nier le fait que ça a été instrumentalisé, d’un côté et de l’autre. Par les xénophobes, pas d’autres parties qui ont voulu un peu monter les citoyens, les uns contre les autres alors que tous les citoyens bruxellois, qu’ils soient religieux ou non veulent plus de bien-être animal et ils sont d’accord là-dessus. Quand on parle avec les communautés religieuses, il y a une forme d’ouvertures. Ils veulent plus de bien-être animal, c’est le but aussi de leur religion.

À écouter aussi : Parlement bruxellois : les auditions sur l’abattage sans étourdissement se terminent

Concernant les emplois sur la sellette, la députée rappelle que le permis des abattoirs va bientôt se terminer. “Il faut savoir qu’il y a un permis d’environnement qui vient à expiration en 2028, donc l’avenir de l’abattage à Anderlecht est incertain, peu importe qu’il y ait une obligation d’étourdissement ou non“.

Retrouvez en intégralité l’interview de Victoria Austraet

■ Camille Paillaud / Une interview de Fabrice Grosfilley

Partager l'article

07 juin 2022 - 18h54
Modifié le 08 juin 2022 - 06h43