La Zone Nord va installer un monitoring pour la sécurité routière

Le nouveau chef de corps de la Zone Bruxelles Nord, Olivier Slosse est venu présenter les différentes actions à venir en matière de reconnexion avec les jeunes et de mobilité. Il était l’invité de Fabrice Grosfilley dans “+d’Actu” sur BX1.

Concernant la mobilité, l’attention se porte sur la commune de Schaerbeek qui vient de lancer un nouveau plan de circulation : Good Move”. De nombreuses rues vont être en sens-unique afin de réduire le trafic de transit dans trois quartiers. Ce nouveau plan devrait voir le jour en fin d’année 2022 ou début 2023. Pour les forces de l’ordre, l’objectif est d’accompagner les habitants vers cette nouvelle circulation.  “On doit continuer les efforts en termes de sécurité routière pour tout le monde sur la zone. Et puis accompagner aussi, cette mobilité qui change dans la ville, donc c’est ça notre rôle.”

À voir aussi : Plan Good Move à Schaerbeek : voici les changements et sens uniques proposés

Ce nouveau plan de circulation risque de limiter les voitures au profit des transports dits actifs, comme le vélo ou les trottinettes.“Il y aura plus de moyen de transport actif, et donc parfois plus vulnérable et donc on doit continuer les efforts qui ont déjà été entamés en termes de matériel et de personnel“.

L’accompagnement vers cette nouvelle mobilité passe par une plus grande visibilité et de transparence de la part de la police. Pour le chef de corps de la Zone Bruxelles Nord, c’est important que les citoyens comprennent et voient ce que font les forces de l’ordre. Ainsi, un monitoring va être installé afin d’avoir les retours des habitants, mais également, pour faire le point sur certains problèmes. Cette année-ci, on veut prendre la température au niveau de la circulation, donc on va lancer un monitoring, un questionnaire  à la population par rapport à la sécurité routière“.

Teamschool va se poursuivre

De la même manière que le monitoring qui permet de créer un lien entre les habitants et les forces de l’ordre, le projet Teamschool est un lien entre les jeunes et les policiers. Environ 90 policiers volontaires de la zone de police Bruxelles-Nord vont dans des écoles et dans des crèches pour présenter leur métier.  “Il y a la découverte du métier, mais c’est aussi la création de liens différents de l’image qui peut être parfois véhiculée sur les réseaux sociaux. On donne une autre image, on montre aussi toute la nuance, toute la complexité du travail des policiers, les différents métiers qui se trouvent au niveau de la police.”

À voir également : Teamschool : des policiers vont à la rencontre des jeunes

En plus de la présentation du métier, le lien entre les jeunes et les policiers se poursuit sur les réseaux sociaux.ça nous permet, à travers le canal sur les réseaux sociaux, parfois de récolter certains besoins en termes de sécurité, être informée par rapport à certaines situations et de pouvoir réagir“.

Pour Olivier Slosse, ce projet fonctionne très bien et il est devenu une force.On veut être vu comme un acteur qui a une offre de service pour ce public-là, pour les enfants, les jeunes. Donc on vise vraiment de zéro à 18 ans“.

Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Olivier Slosse

■ Camille Paillaud / Interview réalisée par Fabrice Grosfilley

 

Partager l'article

03 février 2022 - 18h45
Modifié le 03 février 2022 - 18h45