“Je fais plaisir en particulier aux communes socialistes” : la phrase de Karine Lalieux sur Beliris fait réagir

Karine Lalieux Chambre - Belga Thierry Roge

C’est à l’occasion d’un rassemblement de la Fédération bruxelloise du PS que la ministre fédérale en charge de Beliris s’est livrée à des révélations qui font réagir ses adversaires politiques.

Mercredi dernier, la Fédération bruxelloise du Parti Socialiste réunissait ses militants pour un bilan de mi-mandat de ses ministres au fédéral et à la Région bruxelloise. Une réunion sans la presse, mais dont les détails ont été dévoilés ce lundi dans La Libre. De ces diverses déclarations rapportées, l’une d’elles fait particulièrement réagir le monde politique.

La ministre fédérale des Pensions Karine Lalieux (PS), qui dispose également de la tutelle sur Beliris, le fonds fédéral à destination des projets bruxellois, a ainsi évoqué lors de cette réunion socialiste ses projets avec Beliris : “Beliris, c’est juste du bonheur. J’ai une enveloppe d’investissements, et je fais plaisir à l’ensemble des communes et en particulier, évidemment, aux communes socialistes“.

Un audit demandé

La déclaration fait bondir chez Ecolo, partenaire de majorité du PS au fédéral et en Région bruxelloise : “Il faut que la ministre comprenne que Beliris, ce n’est pas de l’argent de poche pour financer les copains”, lance par voie de communiqué le député fédéral Guillaume Defossé. “C’est pourquoi nous demandons un audit de tous les projets financés par Beliris depuis que la ministre est en place, afin d’évaluer si un saupoudrage a bel et bien été effectué selon des critères purement politiques et non objectifs”.Le favoritisme et le copinage n’ont plus leur place dans la gouvernance du 21e siècle et je pensais que le PS l’avait compris”, ajoute le chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, Gilles Vanden Burre, sur Twitter.

Le MR, également partenaire du PS au fédéral, emboite le pas d’Ecolo :Un ministre qui dit subventionner des projets non pas selon leur qualité mais parce qu’ils émanent d’une commune socialiste, cela s’appelle la tradition pour certains. L’argent public mérite mieux que le copinage”, s’indigne le président du MR Georges-Louis Bouchez sur Twitter. “Faire plaisir aux communes socialistes. C’est donc ça le projet ? Bruxelles mérite mieux qu’une politique des amis, camarades”, abonde le président du MR bruxellois, David Leisterh, sur ce même réseau.

“‘Le clientélisme, c’est juste du bonheur’, par Karine Lalieux et le PS”, ironise le député bruxellois Christophe De Beukelaer (Les Engagés) en partageant ce même extrait. “Il faut urgemment changer de politique et la politique! Le dévoiement de Beliris, la violation du principe d’égalité, les deniers publics soumis au favoritisme, à la partialité, au népotisme”, clame pour sa part le député bruxellois Christophe Magdalijns (DéFI).

Du côté de la N-VA, la cheffe de groupe au Parlement bruxellois Cieltje Van Achter déplore également ces déclarations, mais s’interroge sur les demandes du MR et d’Ecolo : “Il est quand même surprenant que MR et Ecolo demandent un audit, car leurs ministres ont un droit de veto sur la dépense des fonds Beliris. Ils devraient faire un meilleur travail lorsque les décisions sont prises. La N-VA demande depuis des années que les fonds de Beliris soient dépensés correctement. À l’avenir, il serait préférable que ces ressources aillent au nouveau métro à Bruxelles, argumente-t-elle.

Karine Lalieux précise ses propos

Face à ces nombreuses réactions, Karine Lalieux a également réagi sur Twitter à ces déclarations dévoilées par La Libre. “En tant que Bruxelloise de souche, fière de ma Région, j’ai évoqué avec enthousiasme le travail de Beliris. M’adressant à des militants socialistes, j’ai illustré mes propos avec quelques exemples de projets dans les communes d’élus présents dans l’assemblée, indique-t-elle. “Mais que ce soit pour le stade de hockey à Uccle, la piscine Neptunium à Schaerbeek, le parc Tournay-Solvay à Watermael-Boitsfort, les voies cyclo-piétonnes, le Métro 3, … : je défends des projets ambitieux pour l’ensemble du territoire bruxellois, dans toutes les communes. Les projets d’investissement Beliris font d’ailleurs, pour rappel, l’objet de l’approbation tant de la part du gouvernement régional que du gouvernement fédéral, et ne sont en aucun cas sélectionnés ni désignés par la ministre compétente, précise-t-elle.

Pour rappel, l’enveloppe de Beliris est fixée par un accord entre les autorités fédérales et régionales bruxelloises et est destinée à des projets de développement jugés indispensables au renforcement de Bruxelles en tant que capitale. Cela concerne tant des projets consacrés à la mobilité, au logement, à l’urbanisme qu’à des projets de rénovation et de construction d’infrastructures publiques. Pour le programme 2020-2022, 845 millions d’euros étaient annoncés dans cette enveloppe.

Lire aussi | Beliris présente le programme de ses projets pour la capitale pour un budget de 845 millions d’euros

Gr.I. – Photo : Belga/Thierry Roge

Partager l'article

04 avril 2022 - 11h15
Modifié le 04 avril 2022 - 15h29