L’homme suspecté d’avoir appelé à s’en prendre à Michel Lelièvre au tribunal le 3 avril

L’individu âgé de 32 ans qui a été interpellé lundi matin, suspecté d’avoir incité sur les réseaux sociaux à s’en prendre à Michel Lelièvre, est cité à comparaître le 3 avril prochain devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, a déclaré le parquet de Bruxelles lors d’une conférence de presse lundi vers 16h30.

Le suspect, S.V., devra répondre de provocation à commettre des crimes ou des délits, de menaces, de harcèlement et de harcèlement au moyen de télécommunications.

L’individu a été interpellé dans le cadre d’une information judiciaire ouverte depuis le 26 décembre dernier concernant des appels à s’en prendre à Michel Lelièvre, l’ancien complice de Marc Dutroux libéré il y a quelques mois, via les réseaux sociaux. “L’individu s’est présenté au commissariat de police de Waterloo lundi matin, après avoir appris que la police s’était présentée chez lui“, a expliqué Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles. “Il a été privé de liberté et mis à disposition du parquet. Après avoir été auditionné, il a été renvoyé devant le tribunal correctionnel le 3 avril prochain en procédure accélérée, pour répondre de provocation à commettre des crimes ou des délits, de menaces, de harcèlement et de harcèlement au moyen de télécommunications. Il est bien entendu présumé innocent“, a affirmé le porte-parole, précisant que le suspect ne conteste en tout cas pas avoir été à l’origine de la création d’un groupe Facebook incitant à s’en prendre violemment à Michel Lelièvre. Avant d’être fermée, cette page regroupait environ 700 personnes.

Selon le parquet, S.V. est déjà connu des services de police pour des faits de roulage et de port d’arme prohibée.

Parallèlement à cette information judiciaire, une instruction judiciaire est également toujours en cours concernant l’agression physique dont a fait l’objet Michel Lelièvre le 18 décembre dernier, devant son nouveau domicile à Anderlecht. La veille, ses agresseurs avaient déjà vandalisé son appartement. Le 30 septembre dernier, Michel Lelièvre a été libéré sous conditions par le tribunal de l’application des peines de Bruxelles, moyennant certaines conditions dont la principale était de trouver un logement dans les six mois à venir. Deux mois plus tard, après avoir trouvé un logement où se domicilier, à Anderlecht, Michel Lelièvre est sorti de prison.

Agé de 48 ans, cet homme avait été condamné en 2004 par la cour d’assises d’Arlon à 25 ans de prison pour association de malfaiteurs, enlèvement d’enfants, séquestration et trafic de drogue, reconnu coupable d’avoir aidé Marc Dutroux à enlever Sabine, Laetitia, An et Eefje.

Belga 

Partager l'article

24 février 2020 - 18h00