Débordements à la Bourse : des peines de 2 à 3 ans de prison requises à l’encontre de six suspects

Le parquet de Bruxelles a requis des peines de prison de deux à trois ans, ce vendredi matin, à l’encontre de six suspects dans le dossier des débordements du 11 novembre dernier sur la place de la Bourse. Parmi ces suspects, un rappeur du collectif Benlabel risque deux ans de prison pour un message publié sur Facebook à la veille des échauffourées.

Le parquet de Bruxelles a requis une peine de deux ans de prison à l’encontre d’un rappeur du collectif Benlabel. Le rappeur est accusé d’avoir publié sur Facebook un appel à la violence à la veille des échauffourées qui ont marqué la soirée du 11 novembre 2017, dans le centre-ville de Bruxelles.

Ce rappeur avait publié sur Facebook, un jour avant les violences : “Demain, on vas tout cramé à Lemonnier. Maroc City gang”.  Le message était accompagné d’une photo où l’on voyait le rappeur avec deux armes automatiques.  Selon le parquet, il s’agit d’une menace claire. Le rappeur nie les faits reprochés et affirme qu’il s’agissait d’un appel à la fête si le Maroc se qualifiait pour la Coupe du monde de football.

Le suspect avait été interpellé avant d’être libéré, avec une convocation au tribunal. Il est soupçonné en tant qu’auteur ou co-auteur de menaces écrites et d’utilisation de moyens de communication électronique pour commettre des dommages.

Deux ans requis pour un jeune de 19 ans

Lors d’un autre procès concernant un jeune de 19 ans impliqué dans les émeutes du 11 novembre dernier, le parquet de Bruxelles a requis une peine de deux ans de prison. Ce dernier aurait participé au pillage d’un magasin de nuit. Selon le parquet, l’homme est clairement reconnaissable sur les images de caméras de surveillance qui ont filmé la scène mais le prévenu nie les faits qui lui sont reprochés. “J’étais bien dans le quartier mais ce n’est pas moi sur ces images”, affirme-t-il.

“Selon le patron du magasin, un pavé a été lancé dans la vitrine de son commerce et ensuite, il a été pris d’assaut par un grand groupe de personnes, dont certaines étaient armées de barres de fer”, a avancé le procureur. “Et tandis que le patron se cachait dans une petite pièce à l’arrière, ce groupe a vidé le magasin. Il y a des images claires de ces faits sur les caméras de vidéo-surveillance, sur lesquelles M. Mohamed E.B. est reconnaissable. Sur ces images, il porte une paire de baskets qui ont été retrouvées chez lui”, a encore précisé le procureur. Ce prévenu doit répondre de rébellion, de vol, de destruction de biens mobiliers et de port d’armes prohibées.

Trois ans requis pour l’incendie d’une camionnette

Une troisième personne a également comparu ce vendredi matin. Nassim B., un jeune de 18 ans, est pour sa part accusé d’avoir incendié une camionnette dans le quartier Lemonnier le 11 novembre dernier. “On peut voir que l’individu qui boute le feu à la camionnette porte une veste de training rouge. Son visage est caché par une écharpe, mais sur d’autres images, ce même homme portant une veste de training rouge est reconnaissable”, a affirmé le procureur.

Le jeune homme confirme qu’il était présent ce soir là sur la place de la Bourse mais nie l’incendie. Il explique toutefois qu’il ne se souvient pas de tous les faits de la soirée car il avait reçu “des pilules d’ecstasy” qu’il aurait consommé. Selon le procureur, l’homme est bien identifié grâce aux images des caméras de surveillance. Le parquet a requis une peine de trois ans de prison. Son conseil, Me Mehdi Abbes, a plaidé l’acquittement, affirmant que les seules images de caméra étaient insuffisantes pour fonder la culpabilité. À titre subsidiaire, l’avocat a plaidé pour une peine de travail.

De deux à trois ans de prison requis pour trois autres jeunes

Le parquet a considéré, sur base d’images de vidéo-surveillance, que trois autres jeunes prévenus étaient coupables d’avoir lancé des projectiles sur les forces de l’ordre. Les trois jeunes hommes, eux, ont nié toute implication dans ces faits de rébellion et de vandalisme.

L’un d’eux est également poursuivi pour des faits de vol dans des véhicules, commis quelques jours après les émeutes. Selon le parquet, ce prévenu aurait, lors des émeutes, lancé des pierres, une poubelle et une barre de fer vers les policiers. Il aurait aussi utilisé la barre de fer pour détruire un panneau d’affichage, brisé un feu de signalisation, une caméra de police et la vitrine d’une boutique qui a ensuite été pillée par d’autres. Le procureur a ainsi requis à son encontre une peine de 36 mois de prison.

Il a par ailleurs requis à l’encontre d’un second prévenu qui avait jeté des pierres et détruit un feu de signalisation une peine de 28 mois de prison, et à l’encontre du dernier, qui avait également jeté des pierres, une peine de deux ans de prison.

Sept personnes soupçonnées d’avoir appelé ou participé aux violences qui ont marqué la soirée du 11 novembre dernier dans le centre-ville de Bruxelles, comparaissent ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles suite à une procédure accélérée, demandée par le Procureur du Roi.

Gr.I. avec Belga – Photo : Belga/Laurie Dieffembacq

Partager l'article

05 janvier 2018 - 14h50