Découvrez   

Le bâtiment du parlement européen en sursis ? Aucune décision ne sera prise avant les élections européennes

Le bureau du Parlement européen a reporté au-delà des élections de 2019 une décision sur l’avenir du bâtiment Paul-Henri Spaak qui abrite l’hémicycle bruxellois du Parlement européen, au sein d’un complexe de plusieurs autres bâtiments, selon une note obtenue par Belga.

Le “Caprice des Dieux” – le surnom attribué à ce bâtiment en raison de sa ressemblance avec la forme du fromage du même nom et de ses dimensions inhabituelles – fait depuis plusieurs années l’objet d’études sur sa vétusté, lui qui a été érigé il y a plus d’un quart de siècle. Fin 2012, des fissures ont été découvertes sur trois des 21 poutres en bois qui surplombent l’hémicycle. Ce dernier a dû être fermé durant un an, en 2013.

Depuis, le secrétaire général du parlement a été chargé de présenter des propositions sur l’avenir des bâtiments, en envisageant diverses reconstructions ou rénovations. Mais le bureau du Parlement – l’organe de gestion de l’institution – a reporté cette semaine toute décision à l’après scrutin de mai 2019.

Lire aussi : Le Parlement européen sera-t-il démoli ? Cette option est étudiée (vidéo)

Un dossier attendu “au deuxième semestre 2019”

Il se montre soucieux de l’image de l’assemblée si l’option d’une reconstruction totale (400 millions d’euros) était choisie. Une rénovation en revanche coûterait entre 35 et 70 millions d’euros de moins selon l’ampleur choisie. Le Bureau s’inquiète aussi des nuisances que provoquerait le chantier dans le quartier pendant plusieurs années.

Pour clarifier le dossier, le Parlement lance un concours d’architecture envisageant toutes les options. Le résultat est attendu “au deuxième semestre 2019”, selon la note.

Avec Belga – Photo : Belga/Siska Gremmelprez

Partager l'article

04 juillet 2018 - 17h32
Modifié le 04 juillet 2018 - 19h23