Le tribunal de Bruxelles déclare l’irrecevabilité des poursuites pour 12 militants de gauche

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a prononcé, mardi en début d’après-midi, l’irrecevabilité des poursuites à l’égard de douze militants de gauche qui étaient poursuivis pour association de malfaiteurs, tentative d’incendie criminel et rébellion, entre autres. Ils étaient notamment prévenus pour avoir tenté de mettre le feu au Centre de rapatriement 127bis à Steenokkerzeel, en janvier 2009, et pour une violente rébellion en novembre 2010 à Anderlecht.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles s’en est tenu à lire le dispositif de son jugement, mardi après-midi, et a déclaré les poursuites irrecevables à l’encontre de chacune des douze personnes prévenues. Seul un a été reconnu coupable de coups et blessures dans un dossier distinct mais joint à ce procès. Le tribunal a toutefois conclu qu’il n’y avait pas lieu à prononcer de peine pour ces faits.

Les arguments de la défense, qui estimait que les poursuites devaient être déclarées irrecevables au motif que l’enquête a été menée uniquement à charge, ont donc été suivis. Des avocats avaient notamment dénoncé le fait que certaines préventions mises à charge de leur client ne reposaient que sur les déclarations d’un agent de police et n’étaient pas démontrées par des éléments objectifs.

Vandalisme et confrontation avec la police

Douze personnes militantes de gauche, présentées par le parquet fédéral comme anarchistes, étaient poursuivies pour avoir formé une association de malfaiteurs responsable d’une tentative d’incendie au Centre 127bis, de rébellion, de coups et blessures, de menaces et de fabrication d’armes prohibées.

En janvier 2009, une manifestation avait été organisée au centre de Steenokkerzeel, au cours de laquelle des cocktails Molotov et feux d’artifice ont été lancés sur le bâtiment. Le parquet fédéral accusait les manifestants d’avoir tenté d’atteindre, avec leurs feux d’artifice, des bonbonnes de gaz qui se trouvaient sur le site du centre.

Les prévenus étaient aussi poursuivis pour une violente confrontation avec la police la nuit du 12 au 13 novembre 2010 à Anderlecht, et pour des actes de vandalisme sur deux limousines à Saint-Josse-ten-Noode.

Avec Belga – Photo : illustration Belga

Partager l'article

28 mai 2019 - 14h55