Anderlecht : un budget en équilibre

Le nouveau collège échevinal anderlechtois a présenté jeudi un premier budget de législature en équilibre. Accompagné d’un premier budget triennal, celui-ci pose les jalons de l’accord de majorité notamment en matière de participation, d’accueil des citoyens et de qualité de vie.

L’équilibre sera atteint sans augmentation des additionnels à l’IPP et au précompte immobilier, ont annoncé le bourgmestre Eric Tomas (PS), l’échevin des Finances Fabrice Cumps (PS) et le Premier échevin, Jérémie Drouart (Ecolo). Placée depuis 2006 par la Région bruxelloise sous plan de redressement des finances communales, qui affichaient à l’origine un déficit cumulé de 21 millions d’euros, la commune de quelque 120.000 âmes a redressé la barque.

A l’ordinaire, les dépenses s’élèvent pour l’année en cours à 224,6 millions d’euros dont 82,3 millions d’euros seront affectés au paiement du personnel communal et 43 millions à celui du personnel enseignant subventionné. Comme à la fin de la législature écoulée, chaque départ ne sera pas automatiquement compensé, ce qui permettra, dixit Eric Tomas, de constituer une cagnotte – estimée actuellement à 1,2 million d’euros – destinée, entre autres, à l’exercice de nouvelles politiques et au recrutement dans des services exposés plus que d’autres aux effets du boom démographique. Les augmentations prévisibles de dépenses de la zone de police liées notamment à l’indexation des salaires ont été prises en compte. Le budget du CPAS a été revu à la hausse de 2%.

Niveau recettes, la commune constate le retard dans la perception de l’impôt par le fédéral et son impact sur le versement des additionnels communaux. Elle ne le voit pas résorbé en 2019. Idem pour le précompte immobilier. L’ajustement à la réalité des nombreuses constructions de logements dans la commune tarde à venir, ont déploré Eric Tomas et Fabrice Cumps. Les premières concrétisations budgétaires de l’accord de majorité conclu entre la Liste du Bourgmestre, les Verts et DéFI iront à la participation et à l’accueil des citoyens par l’administration communale. Selon Jérémie Drouart, un montant de 15.000 euros a été réservé à une activité de consultance pour définir un processus de participation qui sera plus systématiquement activé, notamment pour les nouveaux projets d’aménagement.

Pour simplifier les démarches des habitants, plusieurs services veilleront à multiplier les prises de rendez-vous, histoire d’éviter les files d’attente dans les services communaux, notamment celui des étrangers. En matière de propreté publique, une réflexion a été engagée sur l’organisation du travail de week-end.

Un budget extraordinaire modeste

Les dépenses du budget extraordinaire ont été fixées à 68,5 millions d’euros financés pour moitié par des subsides et charges d’urbanisme et pour l’autre par l’emprunt. Au-delà de la poursuite de projets d’infrastructures scolaires (deux d’ici 2021) et d’accueil de la petite enfance (380 nouvelles places d’ici 3 ans), l’accueil des citoyens s’y verra consacrer 1,6 million (rénovation d’un bâtiment pour l’urbanisme rue de Veeweyde; et nouvelle aile à la Maison communale).

Belga – Photo: Thierry Roge

Partager l'article

25 avril 2019 - 17h26