Anderlecht : les tensions sont vives entre des jeunes du Peterbos et des policiers, victimes de jets de pierres depuis les toits

Cela fait plusieurs semaines que la police cumule les contrôles dans la cité du Peterbos, notamment pour faire face au trafic de drogues signalé dans le quartier. Mais tous les habitants de la cité ne sont pas d’accord et estiment que les contrôles se font au faciès…

La situation s’est toutefois envenimée, ces derniers jours : le parquet de Bruxelles a récemment ouvert sept informations judiciaires pour tentatives de meurtre sur des policiers commises dans la cité du Peterbos. Des personnes ont jeté des projectiles sur des policiers en intervention depuis les toits d’immeubles de 15 à 20 étages.

Selon le parquet de Bruxelles, le phénomène de jets de pierres et autres projectiles, est récurrent depuis le début de l’année dans la cité du Peterbos, à Anderlecht. Le dernier fait remonte à vendredi dernier. “Sept informations judiciaires ont été ouvertes pour des tentatives de meurtre à l’encontre de policiers commises dans la cité du Peterbos. Des personnes y ont jeté des pierres et des projectiles depuis les toits d’immeubles en direction d’agents et de leur véhicule. Pour l’heure, les dégâts sont uniquement matériels mais au vu de la taille des pierres jetées, l’issue pourrait être fatale si elles tombent sur quelqu’un depuis des immeubles de 15 à 20 étages. C’est la raison pour laquelle les dossiers ont été ouverts pour tentatives de meurtre”, indique Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles suite à une information révélée par RTL Info ce lundi.

“Les enquêtes visant à identifier les auteurs sont complexes car les caméras de vidéosurveillance du quartier ont été détruites. Aucun suspect n’a encore été appréhendé à ce stade. D’autres informations judiciaires ont par ailleurs également été ouvertes pour des faits de rébellion notamment”, conclut-il.

Un trafic de drogue dure très organisé avec des guetteurs de plus en plus jeunes

“Il y a 3 mois, un des jeunes est décédé d’une overdose. Les problèmes de drogue sont réels ici, et on ne parle pas de vente de shit, mais plutôt d’héroïne ou d’autres drogues dures”, nous explique un habitant du quartier, “les jeunes sont contre la police, mais on ne peut pas faire sans, on est demandeur d’une présence accrue même si ce n’est pas l’idéal”. L’autre gros problème pointé par les habitants, ce sont les dealers qui travaillent avec des jeunes de plus en plus jeunes. Le bourgmestre d’Anderlecht, Eric Tomas (PS) confirme cette tendance à notre micro.

Un commissariat pour la fin de l’année

Cela fait plus d’un an qu’on en parle, un commissariat doit s’installer dans le bas d’un des immeubles de la cité. Une installation qui est vue comme une provocation par plusieurs jeunes du quartier qui nous expliquent qui n’en veulent pas. Le projet est bien sur les rails, nous confirme le bourgmestre, les travaux devraient débuter cet été, le commissariat devrait être effectif pour la fin de l’année 2018.

Si plusieurs jeunes parlent de contrôles au faciès et se plaignent que les femmes musulmanes voilées sont particulièrement concernées, nous avons rencontré plusieurs mères de famille qui sont plutôt satisfaites de la présence policière accrue et qui ne se plaignent pas du tout de contrôles trop intenses. On ressent une fraction entre les différentes générations dans le quartier. (avec Belga)

■ Reportage de Cyprien Houdmont, Thomas Dufrane, Denis Caudron et Charles Carpreau.

Partager l'article

17 avril 2018 - 17h56