SPF Finances : le front commun syndical lance une action contre le manque de personnel

Depuis 7h00 ce lundi matin, le front commun syndical du SPF Finances a bloqué toutes les entrées du bâtiment North Galaxy à Bruxelles. Quelque 3.500 agents de l’administration fiscale y travaillent. L’action a pris fin avant 10h00, mais les syndicats attendent une réaction du ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) d’ici la fin de la semaine.

 Aubry Mairiaux, président de l’Union nationale des services publics (UNSP) – secteur Finances, explique : « Il s’agissait d’une action de sensibilisation et non d’une grève », insiste-t-il. « Les représentants syndicaux y ont évidemment participé massivement et les autres agents ont respecté le blocage. » D’après Marc Nijs, de l’ACV Openbare Diensten (CSC Services publics), entre 200 et 300 agents ont pris part à l’action, qui était organisée en front commun.

Les bureaux des tours North Galaxy ont été choisis car ils abritent la hiérarchie du SPF Finances. « On a un peu retardé le travail des agents, mais sans cibler les services au public. On a fait le choix de viser la direction, surtout pour qu’on soit convoqués et qu’on nous apporte des réponses concrètes. En un an, nous n’avons rien obtenu. La justice et la police ont obtenu certaines choses, et c’est logique dans le contexte de lutte contre le terrorisme. Les douaniers (qui relèvent du SPF Finances, NDLR) se demandent dès lors s’ils valent moins qu’un policier. On se dit aussi que le gouvernement n’a pas la volonté de lutter contre la fraude fiscale », dénonce M. Mairiaux. « On se demande si on est bien défendus par notre ministre », renchérit Pascal Tytgat, secrétaire permanent de la CSC services publics. « Le manque de personnel est structurel. Certaines missions de contrôle ne sont pas remplies faute de personnel, alors qu’elles pourraient ramener de l’argent dans les caisses de l’Etat. »

« On doit faire plus avec moins d’effectifs »

Outre le manque d’effectifs, l’UNSP, la CGSP, la CSC et le SLFP réclament l’octroi d’une prime de risque aux douaniers qui portent des armes et la fin de la polyvalence des agents. « Le ministre a fait marche arrière pour l’administration de la fiscalité, mais la polyvalence est toujours d’application dans d’autres administrations, comme la perception et le recouvrement », précise M. Tytgat. S’ensuivent une moindre compétence et une perte de connaissances, selon les syndicats, qui veulent des agents spécialisés. Le front commun exige aussi des règles claires en matière de mutations, « tandis qu’on ferme les petites implantations qui manquent de personnel ». Un nouvel arrêté royal va raboter les indemnités de déplacement, déplore-t-il d’ailleurs. « On doit faire plus avec moins d’effectifs, mais plusieurs déplacements ne seront plus remboursés. Ces indemnités n’ont pourtant pas disparu dans les autres SPF », pointe le permanent de la CSC Services publics.

Le président du comité de direction a indiqué aux représentants du personnel qu’il prendrait contact avec le ministre Van Overtveldt. Sans geste de la part de ce dernier d’ici la fin de la semaine, le front commun envisage de nouvelles actions qui pourraient, cette fois, toucher le public, notamment dans les aéroports et lors de la rentrée des déclarations fiscales. « Le ministre et la direction continuent de parler de manière constructive avec les syndicats », a réagi de son côté M. Van Overtveldt. Ces dernières semaines, certaines revendications ont été partiellement rencontrées, notamment sur un meilleur équilibre entre la spécialisation et la polyvalence, souligne-t-il. Sur les autres sujets qui fâchent, « des discussions sont toujours en cours. Le ministre espère qu’elles se poursuivront dans la même ambiance constructive, parce que c’est la seule manière d’aboutir à des résultats. »

Johan Van Overtveldt admet toutefois que le personnel a été fortement réduit ces 10 dernières années. Même si ces coupes sont, selon lui, la conséqsuence d’une plus grande efficacité et de la numérisation, il se dit conscient que, « particulièrement pour les services de contrôle, les limites ont été atteintes ».

  • Reportage de Marie-Noëlle Dinant

Partager l'article

29 mai 2017 - 12h09