Service minimum SNCB : l’Open VLD et la N-VA satisfaits

chambre-belgaL’Open Vld et la N-VA ont accueilli vendredi avec satisfaction la proposition du ministre de la Mobilité, François Bellot, visant à instaurer un service garanti à la SNCB.

« Celui qui veut faire grève peut le faire. Mais le droit au travail est tout aussi fondamental. Tant le personnel des chemins de fer que les navetteurs qui veulent se rendre au travail doivent pouvoir le faire. C’est pour cela que nous avons besoin d’un service garanti sur le rail », a souligné la députée Sabien Lahaye-Battheu (Open Vld).

L’opinion était la même à la N-VA. La députée Inez De Coninck juge logique l’obligation faite au cheminot de signaler quatre jours à l’avance s’il participe à la grève. « La société de chemin de fer doit savoir qui fait grève et qui ne fait pas grève. De cette manière, l’on respecte la volonté des grévistes, celle des gens qui veulent travailler et les usagers », a-t-elle souligné. La députée nationaliste estime toutefois qu’il faut aller plus loin et examiner quel est le meilleur moyen d’éviter les grèves sauvages.

RÉACTION DE L’ASSOCIATION DE VOYAGEURS NAVETTEURS.BE

« L’association de voyageurs Navetteurs.be est consciente que les mouvements de grève à la SNCB -comme dans toute société de transports en commun- ne pénalisent que les usagers. Cependant elle émet la plus grande réserve tant en termes de sécurité que de confort pour les voyageurs en cas de mise en place d’un service garanti, basé sur un minimum de personnel et de matériel roulant », indique vendredi l’association dans un communiqué.

« Les récents incidents sur le réseau et la suppression de nombreux trains ont démontré le chaos que pourrait engendrer la mise en place d’un service minimum avec notamment des trains bondés engendrant un inconfort et des risques pour la sécurité des voyageurs », a commenté Gianni Tabbone, porte-parole de l’association. L’association craint également moins de flexibilité pour les travailleurs devant se rendre sur leur lieu de travail sous prétexte que certains trains circulent. Navetteurs.be estime aussi que les syndicats, la direction SNCB et le gouvernement fédéral doivent parvenir à des compromis – à condition que chacun soit prêt à faire des concessions – afin d’éviter les mouvements de grève. Elle demande également que les accords sociaux soient respectés et que tout mouvement « spontané » soit sanctionné. (Belga)

Partager l'article

12 mai 2017 - 14h25