Scandale à la FIFA: pas de blâme pour la Belgique et les Pays-Bas

20090623 - BRUSSELS, BELGIUM: (L-R) Belgian soccer union chairman (URBSFA - KBVB) Francois De Keersmaecker, WC 2018 - 2022 project leader Alain Courtois and Christian Karembeu pictured during a press conference concerning the Belgian and Dutch candidacy to organise the world cup soccer championships in 2018 - 2022, on Tuesday 23 June 2009 in Brussels. Christian Karembeu is presented as new 'special advisor' of the 'HollandBelgium Bid' candidature. BELGA PHOTO OLIVIER PAPEGNIES

La Belgique et les Pays-Bas n’ont commis aucune infraction lors de leur dépôt de candidature commune pour l’organisation du Mondial en 2018. C’est ce qu’il ressort du rapport d’enquête de Michael Garcia sur les attributions controversées des Mondiaux 2018 et 2022 publié mardi.

“Le comité d’organisation Belgique/Pays-Bas a pleinement coopéré à faire la clarté sur les faits et circonstances. Les témoignages ont été collectés sans problèmes et les documents présentés. Même dans le suivi du dossier, aucun problème n’a été constaté”, a écrit Garcia, qui a été particulièrement bref dans son évocation de la candidature belgo-néerlandaise. Alors que toutes les autres candidatures ont eu droit à au moins plusieurs pages, Garcia n’a consacré que trois phrases au dossier commun de la Belgique et des Pays-Bas. En décembre 2010, la Coupe du monde 2018 a été décernée à la Russie et celle de 2022 au Qatar. En 2012, la Fédération mondiale (FIFA) a chargé Michael Garcia, un procureur indépendant, de mener une enquête sur les soupçons de corruption lors de l’attribution des Mondiaux 2018 et 2022. Cela fait deux ans et neuf mois que le procureur américain a remis son rapport de 430 pages que la FIFA n’a jamais publié intégralement. (Belga, photo Belga)

Partager l'article

27 juin 2017 - 17h12