Samusocial: la commission de vigilance du PS bruxellois saisie de la situation de Mayeur et de Peraïta

samusocial_mayeur_peraitaLa commission de vigilance de la fédération bruxelloise du Parti Socialiste a été saisie de la situation du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur et de la présidente du CPAS de la Ville de Bruxelles Pascale Peraïta, tous deux démissionnaires, à la suite de la révélation d’informations sur le flou entourant la gestion du Samusocial et l’octroi de jetons de présence au sein de l’asbl, a-t-on appris jeudi à la présidence de la fédération.

Une « première réunion » de cette commission est prévue jeudi, a-t-on précisé. Au PS, ce sont les instances ad hoc des fédérations qui agissent en première instance dans ce type de procédure. La commission de vigilance du parti peut être saisie en appel. Dans l’affaire Publifin, celle-ci s’était saisie d’initiative des cas Moreau et Gilles qui bénéficiaient d’une sorte de privilège de juridiction eu égard à leur appartenance au bureau du parti. Etant donné que Pascale Peraïta ne fait pas partie du Bureau du parti et qu’Yvan Mayeur en avait démissionné, l’examen de leur cas sera effectué au niveau de la fédération bruxelloise, a-t-il été confirmé au niveau des présidences tant bruxelloise que nationale du parti. En présence de quelques journalistes, en marge d’une conférence de presse organisée jeudi midi, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) a répété qu’à ses yeux, en regard notamment des éléments complémentaires apportés mercredi en commission des affaires sociales du parlement bruxellois, Yvan Mayeur et Pascale Peraîta devraient être exclus du parti. « Si j’étais Yvan Mayeur, je sais que je ferais », a-t-il ajouté. (Belga)