Saint-Josse : Rabiaa Bouras reconnu coupable du meurtre de Tarik Hmyed

Palais de Justice

Le jury de la cour d’assises de Bruxelles a reconnu, lundi après-midi, l’accusé coupable de meurtre. Ce dernier, Rabiaa Bouras, un Algérien de 38 ans, était accusé d’avoir tué Tarik Hmyed en octobre 2014 à Saint-Josse-ten-Noode.

Le jury a tout d’abord tenu compte du fait que l’accusé avait reconnu la matérialité des faits et, par la voix de ses avocats, la qualification de meurtre. Le jury a précisé que ses déclarations étaient corroborées par la découverte de nombreuses tâches de sang dans l’appartement de la victime et de traces ADN de l’accusé sur les manches des couteaux dont il a dit s’être servi. Les jurés ont poursuivi en affirmant que l’intention d’homicide, plus précisément, était établie car il ne fait aucun doute que l’accusé, en frappant la victime, a accepté la conséquence mortelle possible.

Étant donné le nombre de coups de couteau portés et les zones vitales visées, elle était même inévitable, selon les juges. « La douleur intense de la victime et l’effusion de sang importante n’a pas pu échapper à l’accusé. Il a mis en oeuvre tous les moyens qui peuvent donner la mort et ne peut donc avoir eu d’autre intention que de tuer », précise l’arrêt de la cour. « Et quand bien même il aurait réagi à une agression de la victime, ce qui n’est pas établi, sa réaction aurait été complètement disproportionnée », s’avancent encore les juges.

Rabiaa Bouras a été reconnu coupable d’avoir volontairement tué, avec intention de donner la mort, Tarik Hmyed, un Belge d’origine marocaine, âgé de 32 ans, avec qui il cohabitait, rue de la Prairie à Saint-Josse-ten-Noode, la nuit du 26 au 27 octobre 2014. Le corps de Tarik Hmyed avait été découvert dans un état de putréfaction avancé, le 10 novembre suivant, dans la cave de l’immeuble. L’homme était décédé après avoir reçu dix-huit coups de couteau, notamment au niveau du cou et du dos.

Rabiaa Bouras avait été arrêté le 13 novembre à Anvers et avait avoué le crime. L’accusé avait déclaré qu’il avait rencontré Tarik Hmyed dans le quartier de la gare du Nord à Bruxelles. L’homme lui avait alors proposé de l’héberger dans son appartement, rue de de la Prairie, contre une participation financière au loyer. Selon l’accusé, la victime et lui s’étaient violemment disputés la nuit des faits, après avoir vu ensemble un reportage diffusé à la télévision marocaine sur un incident entre des soldats algériens et des civils marocains. Rabiaa Bouras a affirmé que la victime l’avait menacé d’un couteau et qu’il n’avait fait que se défendre en retournant l’arme contre elle.

Le débat sur la peine se tient lundi dans la suite de l’après-midi. (Belga)