Saint-Josse : le procès de Rabiaa Bouras reporté en raison de l’indisponibilité d’un juge

BELGIUM BRUSSELS MIVB STIB WORKER DEAD MANIFESTATION

Le procès de Rabiaa Bouras, un Algérien de 38 ans, accusé du meurtre de Tarik Hmyed, a été reporté, lundi, au 22 mai prochain à 09h00, en raison de l’indisponibilité d’un des deux juges assesseurs, malade.

La cour devait entendre, dès ce lundi matin, le réquisitoire et les plaidoiries de la défense, mais elle a dû suspendre les débats. L’un des deux juges assesseurs, malade, était indisponible lundi. La présidente, Karin Gerard, n’a eu d’autre choix que de reporter le procès d’une semaine, étant donné qu’un juge ne peut être suppléé, au contraire d’un juré, puisque plusieurs jurés suppléants, qui assistent à tous les débats, sont désignés à chaque session d’assises.

Le procès reprendra donc le 22 mai prochain à 09h00. Si le magistrat souffrant n’est toujours pas apte à reprendre le travail, le procès risque alors d’être, non plus reporté, mais refixé, c’est-à-dire avec une nouvelle constitution de jury et une reprise des débats depuis le début.

Rabiaa Bouras, un Algérien de 38 ans, est accusé d’avoir tué Tarik Hmyed, un Belge d’origine marocaine, âgé de 32 ans, avec qui il cohabitait, rue de la Prairie à Saint-Josse-ten-Noode, la nuit du 26 au 27 octobre 2014. Le corps de Tarik Hmyed avait été découvert dans un état de putréfaction avancé, le 10 novembre 2014, dans la cave de l’immeuble. L’homme était décédé après avoir reçu dix-huit coups de couteau, notamment au niveau du cou et du dos.

Rabiaa Bouras avait été arrêté le 13 novembre 2014, à Anvers. Dès le début de son audition, il avait avoué avoir tué Tarik Hmyed. Il avait déclaré qu’il avait rencontré celui-ci dans le quartier de la gare du nord à Bruxelles. Tarik Hmyed lui avait alors proposé de l’héberger dans son appartement, rue de de la Prairie à Saint-Josse-ten-Noode, contre une participation financière au loyer. Selon l’accusé, la victime et lui s’étaient violemment disputés la nuit des faits, après avoir vu ensemble un reportage diffusé à la télévision marocaine sur un incident entre des soldats algériens et des civils marocains. Rabiaa Bouras a affirmé que la victime l’avait menacé d’un couteau et qu’il n’avait fait que se défendre en retournant l’arme contre elle. (Belga)