Ryanair adapte ses décollages pour ne pas payer les amendes pour nuissances sonores à Bruxelles

Ryanair a mis en place une stratégie afin d’éviter de payer les amendes pour nuisances sonores voulues par la Région bruxelloise, rapporte jeudi La Libre Belgique qui a consulté des documents internes à la compagnie aérienne irlandaise.

Il s’agit de faire décoller l’avion le plus rapidement possible afin de le mettre à distance raisonnable des radars sonores au sol et ainsi éviter de se faire repérer. Pour être le plus rapidement en l’air, Ryanair conseille à ses pilotes de demander aux contrôleurs aériens de pouvoir décoller depuis le début de la piste 25R (où ont lieu la majorité des décollages) et non « à l’intersection ».

Ces consignes de vols données par le sommet de la hiérarchie de la compagnie Ryanair à ses pilotes montrent une fois de plus toute l’utilité de l’arrêté bruit et sa très grande légitimité, a affirmé pour sa part la ministre bruxelloise de l’Environnement Céline Fremault.

« Indéniablement, les débats autour de la suppression de la tolérance, entrée pleinement en vigueur le 22 avril dernier, ont permis de mettre en lumière la législation et ses effets protecteurs pour les riverains« , a commenté la ministre bruxelloise de l’Environnement. Mme Fremault s’est félicitée de constater que certaines compagnies aériennes sont sorties de la logique de contestation pour adopter une logique d’adaptation à l’arrêté bruit de la Région-capitale. « Qu’on ne s’y trompe pas, le plus important n’est pas d’augmenter le nombre d’amendes mais bien de diminuer les nuisances. Si les adaptations des compagnies génèrent moins de bruit, tout en garantissant la sécurité aérienne, c’est tant mieux« , a-t-elle ajouté. (avec Belga)

Reportage de Martin Caulier et Frédéric De Henau

Partager l'article

11 mai 2017 - 18h05