Réforme CoBAT: un danger pour le patrimoine bruxellois?

Depuis plusieurs jours la campagne intitulée « Le Patrimoine, ça nous regarde » récolte des milliers de signatures contre la future réforme du CoBAT (Code Bruxellois de l’Aménagement du Territoire) proposée par le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, notamment en ce qui concerne la protection du patrimoine.

Les signataires refusent de voir le rôle de la Commission Royale des Monuments et Sites (CRMS) se réduire comme une peau de chagrin, avec la suppression de son avis conforme, qui est contraignant. Leur pétition est adressée aux députés régionaux, la réforme du CoBAT étant actuellement en discussion au Parlement bruxellois. Le collectif de citoyens à l’initiative de la campagne estime qu’en tant qu’institution indépendante, la CRMS est le gardien du patrimoine de la Région. L’avis conforme est, pour eux, un outil indispensable, car il permet de formuler des conditions ou même de s’opposer à certains projets et travaux s’ils sont dommageables, uniquement lorsque les biens concernés sont protégés (biens classés ou inscrits sur la liste de sauvegarde). Le collectif rappelle que sans l’avis conforme et l’expertise de la CRMS, nombre de monuments et sites importants auraient été défigurés voire auraient disparus du paysage urbain. Supprimer l’avis conforme de la CRMS au profit d’une administration du patrimoine qui devra obéir aux injonctions du gouvernement est, selon eux, se risquer à plier devant les ambitions de la promotion immobilière.

Qu’en pensent les architectes? Nous avons posé la question à Philémon Wachtelaer, président de « Architects in Brussels » (ARIB), pour qui cette décision est une erreur. Face à lui, Pablo Lhoas, est pour cette suppression, il ne comprend pas ceux qui la craignent. (avec Belga)

M le Mag de la Rédac 

Partager l'article

29 juin 2017 - 19h40