Préavis de grève chez les pompiers de Bruxelles: rencontre positive avec Cécile Jodogne

pompierscaserne

La réunion avec Cécile Jodoigne, secrétaire d’État bruxelloise chargée du Siamu (Service d’incendie et d’aide médicale urgente), qui s’est tenue mercredi après-midi, a été jugée des plus constructives par Eric Labourdette, représentant SLFP. Une autre rencontre avec la secrétaire d’État, mais aussi avec la direction administrative et opérationnelle, est prévue mi-juillet. Le préavis du SLFP est suspendu jusqu’à cette échéance.

Le SLFP a salué l’ouverture au dialogue et la constante disponibilité de la secrétaire d’État. Le syndicat s’est dit satisfait, surtout dans le contexte de tension actuel, d’avoir obtenu l’annulation de la note de service du 15 juin qui diminuait l’effectif de garde de 8 personnes à partir du 1er juillet les nuits et week-end. Le schéma d’organisation opérationnel, qui décrit entre autres les hommes et véhicules affectés à chaque poste, doit être étudié avec la direction opérationnelle lors de la prochaine réunion. « Cela va aussi déterminer le plan du personnel et donc le nombre de pompiers nécessaires en tout sur Bruxelles », commente Eric Labourdette. En attendant un règlement de travail, un règlement de pointage, qui sert de base aux rémunérations, doit être établi. « La secrétaire d’État a promis – et c’est une première – de réunir tous les officiers pour connaître leurs attentes et informer sur les attentes de l’autorité à leur égard », se réjouit Eric Labourdette, qui souhaite une amélioration du fonctionnement. « L’accord de coopération est passé au gouvernement bruxellois mardi. On n’attend plus que le retour du statut du Conseil d’État et on peut lancer cette réforme tant attendue, qui va conforter la direction dans son rôle et permettre l’évaluation des mandataires. Cela doit être mis en place début 2018 », précise-t-il. « Le SLFP s’oppose cependant aux mandats, car les autres zones de secours disposent seulement d’un commandant de zone à leur tête, et non de 5 mandataires, avec sûrement des orientations politiques. » Cécile Jodogne est aussi satisfaite de la réunion. Elle se dit bien consciente de l’ampleur des dossiers à traiter et estime important d’analyser chaque point en profondeur: « Je veux un dialogue constructif pour les réformes comme pour la gestion au quotidien du Siamu. » La secrétaire d’État a demandé une analyse objective de la situation des heures supplémentaires, notamment pour les 80.000 heures de congé en suspens, pour beaucoup due aux attentats du 22 mars 2016. (Belga)

Partager l'article

21 juin 2017 - 18h38