Plan Taxis : des chauffeurs demandent à être entendus à huis clos au parlement bruxellois

taxis

Des chauffeurs de taxis ont demandé au parlement bruxellois d’être entendus à huis clos, dans le cadre d’auditions organisées dans le contexte du plan taxis concocté par le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (sp.a). Ils craignent des représailles si leurs propos sont rendus publics, est-il ressorti lundi de la séance de la commission de l’Infrastructure du parlement bruxellois.

Le plan taxi présenté le 21 avril par le ministre Smet a engendré des réactions négatives auprès de certains représentants du secteur, notamment parce qu’il intègre le service alternatif Uber moyennant le respect de conditions strictes auxquelles le secteur des taxis lui-même est soumis. La commission de l’Infrastructure avait déjà décidé antérieurement de procéder à des auditions qui devraient être entamées lundi prochain. Il s’agira notamment de représentants des exploitants, des syndicats des chauffeurs de taxis, des Taxis verts, d’Uber et de carASAP. L’audition de chauffeurs de taxis interviendrait ensuite, et à huis clos.

Selon le règlement, seuls les membres permanents de la commission ou leur suppléant en cas d’absence sont autorisés à y assister. Toutefois, il y avait quasi unanimité pour permettre aux groupes politiques plus restreints (CD&V, N-VA et PTB) d’être également représentés lors de cette séance à huis clos. Il reviendra au bureau élargi de se prononcer à ce sujet. Des experts devraient encore être entendus lors d’une séance ultérieure. (Belga)

Partager l'article

22 mai 2017 - 16h00